SOMMET DE LISBONNE

L'Otan approuve le retrait de ses forces armées d'Afghanistan d'ici 2014

Les dirigeants de 50 pays dont ceux de l'Otan sont réunis à Lisbonne, en présence d'Hamid Karzai. Les négociations portent sur une stratégie de sortie d'Afghanistan et un transfert de responsabilité de la sécurité du pays aux forces afghanes.

Publicité

AFP - Les dirigeants de 50 pays, dont ceux de l'Otan, sont réunis samedi à Lisbonne pour donner leur aval au retrait d'une majorité de leurs soldats d'Afghanistan d'ici quatre ans, à mesure que la responsabilité des combats sera transférée à l'armée afghane.

"La direction que nous prenons aujourd'hui est claire: nous allons vers une afghanisation", consistant à transférer "district par district" la responsabilité de la sécurité du pays aux forces afghanes, a déclaré le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen en ouvrant la réunion, élargie pour l'occasion à une vingtaine d'autres pays actifs en Afghanistan.

Ce passage de relais devrait débuter au plus tard à l'été 2011, et se poursuivre jusqu'à la fin 2014, dates et lieux restant à préciser.

L'objectif est que "l'Afghanistan tienne debout tout seul et assure lui même sa sécurité" face aux talibans, a expliqué M. Rasmussen.

"Mais, a-t-il prévenu, il ne doit pas y avoir de doute sur notre engagement. L'Afghanistan restera un partenaire stratégique" et "nous resterons aussi longtemps que nécessaire pour terminer le travail".

Le sommet doit simultanément entériner un plan de partenariat à long terme avec le gouvernement du président Hamid Karzaï.
 

it

Ce tournant majeur et ces engagements vont être pris en présence du président afghan, ainsi que des 20 partenaires de l'Isaf, la force internationale sous commandement Otan, et du Premier ministre du Japon, Naoto Kan.

D'autres grands acteurs en Afghanistan, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, ainsi que les dirigeants de l'Union européenne, sont également venus.

Le président américain Barack Obama a lui-même promis vendredi dans une tribune de presse que l'Afghanistan ne serait pas abandonné une fois transférée à l'armée afghane la responsabilité de la sécurité, actuellement assumée par les quelque 150.000 soldats des troupes internationales de l'Isaf.

"Même si les réductions de troupes et la transition en question commencent en juillet prochain, a assuré le président américain, l'Otan comme les Etats-Unis vont pouvoir forger un partenariat durable avec l'Afghanistan de façon à ce qu'il soit clair qu'au moment où les Afghans prendront en main les opérations, ils ne seront pas abandonnés à eux-mêmes".

En Afghanistan depuis 2003, jamais l'Alliance atlantique n'a effectué une intervention armée aussi importante, aussi longue et aussi loin de ses bases et une certaine lassitude des opinions publiques occidentales se fait sentir.

Après la mort vendredi d'un autre soldat, le bilan provisoire cette année est passé à 654 décès dans les rangs de la force internationale, un record. Au total, quelque 2.200 militaires étrangers sont morts en Afghanistan depuis le début de l'intervention sous commandement américain fin 2001.

"Les forces de sécurité afghanes et internationales ont consenti d'énormes sacrifices dans cette lutte commune contre le terrorisme et nous leur rendons hommage", a tenu d'ailleurs à souligner M. Rasmussen.
   

it
Fogh Rasmussen, secrétaire général de l'Otan

L'Afghanistan sera aussi à l'ordre du jour du sommet Otan-Russie qui se tient avec le président Dmitri Medvedev samedi après-midi, immédiatement après la fin de la réunion des dirigeants alliés.

La Russie va élargir les droits de transit accordés à l'Otan pour l'acheminement par voie ferroviaire d'équipements destinés à l'Isaf. Désormais, les trains pourront aussi remporter du matériel au retour et non plus seulement à l'aller.

Les conditions d'acquisition par les forces afghanes de 21 hélicoptères de transport de fabrication russe seront également évoquées, de même qu'un renforcement de la coopération avec Moscou dans la lutte contre le trafic de drogue en Afghanistan, pays dont provient la majorité de l'héroïne dans le monde.
 


Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine