CORÉES

Le ministre sud-coréen de la Défense démissionne

Critiqué après l'attaque de Pyongyang contre une île sud-coréenne qui a fait quatre morts, le ministre sud-coréen de la Défense a choisi de remettre sa démission. Ses détracteurs l'accusent de faiblesse à l'égard du régime nord-coréen.

Publicité

AFP - Le ministre sud-coréen de la Défense, critiqué pour la réponse de Séoul aux bombardements de Pyongyang, a présenté jeudi sa démission au président Lee Myung-Bak, qui l'a acceptée, a indiqué la présidence.

Le ministre Kim Tae-Young a souhaité démissionner "pour endosser la responsabilité d'une série récente d'incidents", a indiqué le communiqué de la présidence.

Le gouvernement sud-coréen a été la cible jeudi de critiques acerbes de la part d'une partie de la presse et d'hommes politiques, qui l'accusent de faiblesse face au Nord après le bombardement mardi par la Corée du Nord d'une île sud-coréenne. Les obus nord-coréens ont fait quatre morts.

Pyongyang a tiré 170 obus visant l'île sud-coréenne de Yeonpyeong: 90 sont tombés à la mer et 80 ont semé le chaos sur l'île.

Les forces sud-coréennes ont riposté, par 80 tirs d'obus. Ce nombre a été jugé trop faible par des élus à Séoul, critiques également envers le temps de réaction de l'armée qui aurait permis aux forces de Pyongyang de réaliser deux vagues de tirs.

Un ancien ministre de la Défense, Kim Jang-soo, rallié au parti politique du président Lee, a qualifié de "décevante" la réaction de l'armée et estimé, tout comme d'autres parlementaires, que les forces sud-coréennes auraient dû immédiatement engager des avions de combat, capables de neutraliser les pièces d'artillerie nord-coréennes.

Mais le ministre Kim Tae-Young lui a alors répondu que des attaques aériennes auraient pu déclencher "la guerre totale".

Kim Tae-Young s'était déjà retrouvé sous le feu des critiques après le torpillage, attribué à Pyongyang, d'une corvette sud-coréenne, qui avait fait 46 morts en mars 2010. Une enquête avait pointé du doigt une série d'erreurs militaires.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine