DIPLOMATIE

MAM dénonce le comportement "irresponsable" de WikiLeaks

En déplacement à Tripoli en Libye, la ministre française des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, a dénoncé une "atteinte à la souveraineté des États" susceptible de "perturber les relations internationales".

Publicité

Les fuites de WikiLeaks sont l’œuvre d’individus "irresponsables". C’est le message qu’a délivré la ministre française des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, au cours d'un entretien avec FRANCE 24.

"C’est quelque chose qui est éminemment irresponsable de la part de ceux qui ont fait ça", assure-t-elle tout en affirmant ne pas comprendre "exactement ce qu’est [leur] but".

it

"Il y a là une atteinte à la souveraineté des États et il y a en plus quelque chose qui finalement est susceptible de fragiliser, de perturber les relations internationales", souligne la chef de la diplomatie française.

Interrogée par FRANCE 24 en marge du sommet Afrique-Union européenne, qui se tient les 29 et 30 novembre en Libye, elle précise qu’elle s’est entretenue avec son homologue américaine avant la divulgation des informations confidentielles. " Hillary Clinton m’a téléphoné avant que je vienne ici [à Tripoli], elle m’a prévenu de cela". Elle assure lui avoir réaffirmé "[sa] totale solidarité avec les Américains".

"C’est quelque chose qui me semble très préoccupant parce qu’il y a là une violation de la nécessaire discrétion, de la nécessaire confidentialité des relations diplomatiques", ajoute-t-elle.

Michèle Alliot-Marie confie par ailleurs que ses services vont "regarder" tous les documents qui ont été divulgués.

it

Le site WikiLeaks a dévoilé 250 000 câbles diplomatiques envoyés entre 2004 et 2010. Ces missives révèlent notamment les craintes des pays arabes concernant l’Iran, ou encore - plus futilement – que les diplomates américains en poste à Paris trouvent le président Nicolas Sarkozy "autoritaire et susceptible".

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine