Accéder au contenu principal

Confusion en Côte d’Ivoire après l’annonce des résultats du second tour

Selon la CEI, Alassane Ouattara a remporté le second tour de la présidentielle ivoirienne. Un résultat déclaré non valable par le président du Conseil constitutionnel, Paul Yao N'Dré (photo), pour cause d'expiration du délai légal.

PUBLICITÉ

En raison de la violence ou du caractère injurieux de certains propos postés sur cette page, FRANCE 24 a décidé d'en fermer provisoirement les commentaires.

Le suspense se poursuit en Côte d’Ivoire. Alors que la Commission électorale indépendante (CEI) a donné Alassane Ouattara vainqueur du second tour de la présidentielle, ce jeudi après-midi, le Conseil constitutionnel a déclaré ce résultat non valable deux heures plus tard, par la voix de son président Paul Yao N'Dré.

"La CEI avait trois jours pour annoncer les résultats provisoires. Ce délai a expiré mercredi à minuit. Une fois ce délai expiré, la CEI n’est plus compétente pour annoncer les résultats", a-t-il lancé sur l’antenne de la Radio télévision ivoirienne (RTI). "C’est le Conseil constitutionnel seul (…) qui est habilité à donner le résultat de cette élection", a poursuivi Paul Yao N'Dre, considéré comme un proche de Laurent Gbagbo, ajoutant que ces résultats "définitifs" seraient annoncés "dans quelques heures". En attendant, il demande aux Ivoiriens de "rester calmes" et de ne pas se fier aux "rumeurs".

Parallèlement, le porte-parole de l'armée, Babri Gohourou, a annoncé la fermeture "jusqu'à nouvel ordre" de toutes les frontières du pays. Le Conseil national de la communication audiovisuelle (CNCA) a, quant à lui, suspendu la diffusion dans le pays de tous les médias étrangers (dont FRANCE 24 et RFI).

L'ONU prête à prendre des "mesures appropriées"

La France réagit avec prudence

L’un des porte-parole d’Alassane Ouattara, Albert Mabri Toikeusse, estime pour sa part que "le Conseil constitutionnel n’a aucune raison d’invalider ces résultats". "Tous les observateurs internationaux ont indiqué que le scrutin avait été régulier", confie-t-il à France24.com. Celui-ci veut croire que l’annonce de la CEI "constitue une étape importante dans le processus électoral".

Du côté de La Majorité présidentielle (LMP) en revanche, on rejette l’annonce de la CEI. Contacté par France24.com, le porte-parole de Laurent Gbagbo assure que "la CEI n’a fait aucune déclaration, puisqu’elle n’a pas été capable d’annoncer les résultats dans les temps qui lui étaient impartis".

Le président de la CEI, Youssouf Bakayoko, avait annoncé dans l’après-midi les résultats provisoires du scrutin aux journalistes dans un grand hôtel d’Abidjan protégé par l'Onuci, qui abritait ces derniers jours une partie de l’équipe du candidat Ouattara.

Selon le décompte de la CEI, Laurent Gbagbo a recueilli 45,9 % des voix lors du second tour de scrutin.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a prévenu, quant à lui, les parties ivoiriennes qu'il était prêt à prendre des "mesures appropriées" contre quiconque ferait obstacle au processus électoral, a rapporté ce jeudi l'ambassadrice des États-Unis à l'ONU.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.