Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les orangs-outans meurent pour des biscuits

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

RDC : Martin Fayulu tend la main à Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Gaspard Gantzer : "Sur les carburants, le gouvernement doit continuer à expliquer"

En savoir plus

LE DÉBAT

Gaza : annonce d'un cessez le feu

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Un monde à portée de main", le roman en trompe-l'œil de Maylis de Kerangal

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Uhuru Kenyatta : "Aucun pays ne peut combattre seul le terrorisme"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Christine Lagarde et Jim Yong Kim : "Il faut un multilatéralisme plus inclusif"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Un opposant à Maduro raconte sa détention dans les geôles du Venezuela

En savoir plus

FOCUS

L'Arabie saoudite accroît investissements et influences en Bosnie

En savoir plus

Moyen-Orient

Le Conseil de sécurité met fin aux sanctions infligées depuis 19 ans à l'Irak

Vidéo par Emmanuel SAINT-MARTIN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/12/2010

Le Conseil de sécurité de l'ONU a mis un terme aux sanctions imposées au régime de Saddam Hussein il y a 19 ans afin de l'empêcher de développer un programme nucléaire civil. Il a aussi décidé la fin du programme "pétrole contre nourriture".

AFP - Le Conseil de sécurité de l'ONU a abrogé mercredi des sanctions contre l'Irak datant de l'ère Saddam Hussein, dans un geste de normalisation des relations avec ce pays quatre ans après l'éxécution de l'ancien dictateur.

Trois résolutions votées mercredi par le Conseil de sécurité mettent fin aux sanctions imposées à l'Irak sur les armes de destruction massive et au programme pétrole contre nourriture.

Les trois textes permettent d'abroger des résolutions adoptées en vertu du chapitre VII de la charte de l'ONU, qui autorise le recours aux sanctions ou à la force contre ce pays.

Le vice-président américain Joe Biden, dont le pays assure la présidence tournante du Conseil pour le mois de décembre, a déclaré que le peuple irakien avait "rejeté l'avenir sinistre offert par les extrémistes" et indiqué que le nombre d'attentats dans le pays était maintenant à son plus bas niveau depuis l'invasion américaine en 2003.

Le programme "pétrole contre nourriture" avait été établi par le Conseil de sécurité en 1995. En vigueur de 1996 à 2003, il permettait à Bagdad de vendre du pétrole en échange d'aide humanitaire alors que l'Irak était soumis à un embargo après son invasion du Koweït en 1990.

Ce programme était en pratique terminé depuis le 31 décembre 2007 mais une question résiduelle, liée à d'ultimes contrats passés sous ce régime, demeurait.

Lors du vote, la France s'est abstenue sur cette résolution, estimant que toutes les garanties souhaitables n'avaient pas été apportées. Les deux autres résolutions ont été adoptées à l'unanimité.

S'agissant des armes de destruction massive (AMD), la résolution de 1991 obligeait l'Irak à détruire toutes ses AMD et à ne pas utiliser, développer, fabriquer et acquérir des armes chimiques, biologiques ou nucléaires.

La troisième résolution (1905) concernait le Fonds de développement pour l'Irak (FDI), dépositaire des recettes pétrolières du pays et qui a pour mission d'aider le gouvernement à gérer ses ressources de manière transparente et responsable.

Cette résolution prévoyait l'expiration du FDI au 31 décembre 2010. Le gouvernement irakien avait adressé au Conseil une demande de prorogation d'un an. Ce dernier a décidé d'un ultime renouvellement pour six mois.

"Le Conseil de sécurité réaffirme son attachement à l'indépendance, la souveraineté, l'unité et l'intégrité territoriale de l'Irak et souligne l'importance de la stabilité et de la sécurité de ce pays pour le peuple irakien, la région et la communauté internationale", a souligné M. Biden.

Les résolutions de mercredi n'ont pas trait aux relations entre l'Irak et le Koweït. Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a souligné que toutes les sanctions qui demeurent seraient levées à la condition que l'Irak s'efforce de parvenir à un accord sur le tracé de la frontière avec son voisin ainsi que de lui verser des réparations.

Bagdad paye encore 5% de ses revenus pétroliers à un fonds de compensation pour le Koweït qui lui réclame 22 milliards de dollars.

Le ministre des Affaires étrangères irakien Hoshyar Zebari a souligné que la normalisation des relations avec le Koweït serait "la priorité du programme" du nouveau gouvernement irakien.

M. Ban a reconnu les changements intervenus en Irak. "Vous avez trop souffert et trop longtemps, je rends hommage à votre résilience", a dit M. Ban dans un message adressé au "peuple irakien".

Pendu en décembre 2006 pour le massacre de villageois chiites au début des années 1980, Saddam Hussein a été pendant plus de 20 ans le chef tout-puissant de l'Irak.

 

Première publication : 15/12/2010

  • IRAK

    L'Irak chiite frappé par une série d'attentats meurtriers

    En savoir plus

  • IRAK

    Oussama al-Noujaifi élu président du Parlement irakien

    En savoir plus

  • IRAK

    Le bilan de la guerre d’Irak, objet de controverse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)