ÉGYPTE

L'enquête sur l'attentat d'Alexandrie s'oriente vers Al-Qaïda

Deux jours après l'attentat sanglant perpétré à la sortie d'une église copte d'Alexandrie, les autorités égyptiennes dirigent leurs recherches vers des personnes récemment venus de pays où le réseau de Ben Laden recrute.

Publicité

REUTERS - Les autorités égyptiennes enquêtent sur des personnes arrivées depuis peu en provenance de pays où Al Qaïda recrute, des éléments faisant penser que le réseau islamiste est à l’origine de l’attentat commis le soir du nouvel an à Alexandrie, selon les milieux de la sécurité.

Repères

Un kamikaze présumé a tué 21 personnes et en a blessé 97 autres devant une église copte d’Alexandrie au cours d’une messe de minuit. Les autorités ont placé sept personnes en détention pour interrogatoire.

A la suite de l’attentat, des centaines de chrétiens sont descendus dans les rues d’Alexandrie et du Caire en accusant l’Etat de ne pas les protéger.

Des responsables égyptiens ont dit que divers signes leur faisaient soupçonner des "éléments étrangers" d’être à l’origine de l’explosion, en ajoutant que celle-ci semblait être une opération suicide.

"Les forces de sécurité ont confirmé que les soupçons désignaient le coupable comme un kamikaze lié à Al Qaïda", a dit lundi un représentant des services de sécurité qui a requis l’anonymat.

Selon une autre source, la police a renforcé les mesures de sécurité en vigueur dans les ports et les aéroports afin d’empêcher toute personne susceptible d’implication dans l’attentat de quitter le pays pendant la durée de l’enquête.

L'église d'Alexandrie visée par un attentat dans la nuit du Nouvel An figurait sur une liste de lieux de culte coptes désignés comme cibles par un site internet d'Al-Qaïda. Choumoukh al-Islam avait publié le 2 décembre une liste d’une cinquantaine d’églises coptes en Égypte mais aussi en Europe, accompagnée d’un message sans équivoque : l’auteur y invitait "tout musulman qui se soucie de la réputation de ses sœurs à faire exploser" ces lieux de culte au moment où "ils seront remplis". La révélation de cette liste oriente un peu plus les autorités égyptiennes vers la piste d’Al-Qaïda.

"La sécurité prépare une liste de ceux qui sont récemment arrivés en Egypte en provenance de pays où l’on sait qu’Al Qaïda recrute des agents", a indiqué la seconde source.

En novembre, un groupe irakien lié à Al Qaïda avait menacé de s’en prendre à la communauté copte d’Egypte.

Et deux semaines environ avant l’attentat de vendredi soir, un communiqué diffusé par un site islamiste appelait les musulmans à attaquer des églises en Egypte et ailleurs au moment de Noël, qui tombe le 7 janvier dans le calendrier copte.

Des organisations islamistes accusent l’Eglise de tenter d’empêcher des chrétiennes de se convertir à l’islam.

La minorité chrétienne d’Egypte représente environ 10% des 79 millions d’habitants du pays.

Dans une intervention télévisée, dimanche, le président égyptien Hosni Moubarak a lancé un appel à l’unité nationale, indiquant que l’attentat d’Alexandrie ne visait pas seulement les chrétiens, mais tous les Egyptiens.

Le gouvernement de Berlin a dit avoir prévenu les coptes d’Allemagne qu’ils pourraient être pris pour cibles quelques heures avant l’attentat d’Alexandrie. En France, une enquête de police a été ouverte par le parquet de Paris sur des menaces proférées sur internet contre des églises coptes.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine