Accéder au contenu principal

À deux jours du référendum, Juba ose enfin espérer

À l'approche du 9 janvier, date du référendum sur l'indépendance du Sud-Soudan, l'heure est à la fête dans les rues de la capitale régionale. Melissa Bell, l'envoyée spéciale de FRANCE 24, raconte ces journées historiques.

Publicité

, envoyée spéciale au Sud-Soudan

Juba est une ville qui découvre l'espoir. Il aura quand même fallu deux guerres civiles, deux millions et demi de morts et des millions de déplacés. A deux jours du référendum d'autodétermination du Sud-Soudan prévu par l'Accord de paix global signé le 9 janvier 2005 entre le gouvernement de Khartoum et l'Armée populaire de libération du Soudan (SPLA), la cité a les yeux tournés vers l'avenir.

Référundum au Sud-Soudan : le compte à rebours a commencé
{{ scope.counterText }}
{{ scope.legend }}© {{ scope.credits }}
{{ scope.counterText }}

{{ scope.legend }}

© {{ scope.credits }}

Les murs délabrés de la ville sont parés d'affiches qui annoncent la fin de l'esclavage et de la servitude. Des camions équipés de hauts parleurs appellent les gens à voter pour l'indépendance. Et, au carrefour principal de la ville, un compte à rebours affiché sur un écran géant égrène les jours, les minutes et les secondes qu'il reste avant l'ouverture d'un scrutin auquel beaucoup ont encore du mal à croire.

En effet, les défis logistiques paraissaient, il y a encore peu, insurmontables. Dans cette région aussi grande que la France, seules 60 km de routes sont goudronnés... Les hommes vivent, pour la plupart, comme ils ont toujours vécu : sans électricité, sans eau courante et loin, très loin du reste du monde.

Aujourd'hui pourtant, force est de constater que 3,9 millions de Sud-Soudanais sont inscrits sur les listes électorales, que le matériel électoral est fin prêt et que l'on s'apprête, ici, à se prononcer en faveur d'une indépendance pour laquelle on s'est longtemps battu. Plus de 50 ans après la décolonisation, au Sud-Soudan, le bulletin de vote est peut-être en passe de remplacer la kalashnikov. En 2011 à Juba, on ose enfin espérer...

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.