Accéder au contenu principal

Le Parlement soutient la réforme électorale de Joseph Kabila

Le Parlement de la République démocratique du Congo a entériné samedi une réforme de la loi électorale qui fait de la présidentielle un scrutin à un seul tour. L'opposition au président Joseph Kabila craint qu'il se présente à sa propre succession.

PUBLICITÉ

AFP - L'Assemblée nationale et le Sénat de la RD Congo ont adopté samedi le projet de révision de la Constitution portant notamment sur l'organisation d'une présidentielle à tour unique, contestée par l'opposition, lors d'une session retransmise à la RTNC, la télévision d'Etat.

Sur 608 députés et sénateurs que compte le Parlement, 485 ont voté pour la modification de huit articles de la Constitution congolaise promulguée en 2006, tandis que huit ont voté contre et onze se sont abstenus.

Plus d'une centaine de députés de l'opposition ont boycotté cette séance, comme lors des deux précédentes à l'Assemblée et au Sénat.

Proposés par le chef de l'État Joseph Kabila à dix mois de la présidentielle de novembre 2011, ces amendements concernent notamment l'alinéa 1 de l'article 71 relatif au mode de scrutin présidentiel, qui stipule désormais que le président est élu à la majorité simple des suffrages exprimés et non plus à la majorité absolue au second tour.

Les principaux partis de l'opposition et l'archévêque de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo, avaient contesté par avance cette modification, craignant un passage en force de M. Kabila, pressenti pour être candidat à sa propre succession.

Le gouvernement a estimé de son côté qu'une présidentielle à tour unique serait "moins onéreuse" et permettrait au pays d'éviter une crise post-électorale, comme au Kenya, en Guinée ou en Côte d'Ivoire.

D'autres textes ont également été modifiés samedi, notamment l'article 110 portant sur la fin du mandat du député ou du sénateur, qui autorise désormais ces derniers à réintégrer le Parlement une fois l'exercice d'une autre fonction politique terminé.

Jusqu'ici indépendants, les magistrats du parquets seront dorénavant sous l'autorité du ministre de la Justice, après la modification de l'article 126 relatif aux dispositions générales sur la séparation des pouvoirs judiciaire, exécutif et législatif.
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.