Accéder au contenu principal

Kubica, grièvement blessé, va probablement manquer le début de la saison

Le pilote Lotus Renault GP, Robert Kubica, s'est gravement accidenté au rallye Ronde di Andora (Italie) et va probablement manquer le début de la saison de Formule 1. Le Polonais, conscient, a été héliporté à l'hôpital Santa Corona de Gênes.

Publicité

AFP - Le Polonais Robert Kubica, qui souffre de "multiples fractures" consécutives à une sortie de route dimanche lors d'un petit rallye en Italie, ne devrait pas disputer les premiers Grands Prix de la saison de Formule 1, ce qui représente un lourd handicap pour son écurie Lotus Renault.

Kubica, 26 ans, opéré dimanche après-midi à l'hôpital Santa Corona de Pietra Ligure, au sud de Gênes, est blessé au bras, à la jambe et à la main droite, selon Lotus Renault. Presque un moindre mal après un accident à "haute vitesse", selon la structure luxembourgo-britannique.

Kubica rejoignait la ligne de départ de l'une des dernières épreuves spéciales chronométrées de la Ronde di Andora, au volant de sa Skoda Fabia S2000 de l'équipe DP Motorsport, quand il est sorti de la route, à 4,6 km du départ, et a percuté le mur d'une petite église.

Une racine d'arbre ayant surélevé la chaussée glissante serait à l'origine de l'accident, selon l'agence italienne Ansa.

La Skoda du Polonais aurait perdu de l'adhérence dans un virage, ce qui a provoqué un tête-à-queue. La voiture s'est ensuite encastrée dans le rail de sécurité du côté gauche.

Robert Kubica n'en est pas à son premier accident. Lors du GP du Canada 2007, sa BMW Sauber, après avoir touché une autre voiture, s'était envolée sur un vibreur à près de 250 km/h pour se fracasser contre un mur en béton.

Les normes drastiques de sécurité, mises en place en F1 après le décès en piste de la légende Ayrton Senna en 1994, avaient toutefois sauvé la vie du Polonais, victime d'une commotion cérébrale et d'une entorse.

Senna ou Grosjean ?

Kubica n'avait au final manqué qu'une course, qui se déroulait la semaine suivante aux Etats-Unis (Indianapolis), avant de reprendre le volant de sa monoplace.

Mais les délais risquent d'être plus longs cette fois-ci. Le Polonais, qui avait disputé l'an dernier "pour le plaisir" le rallye Monte-Carlo et celui du Var au volant d'une Renault Clio R3 - moins puissante que la Skoda Fabia S2000 -, paie cher sa passion pour le rallye.

Sa non-participation au GP d'ouverture de Bahreïn, le 13 mars, paraît d'ores et déjà acquise. Et on voit mal comment, souffrant de telles blessures, il pourrait être rétabli pour l'Australie (27 mars) voire la Malaisie (10 avril) ou la Chine (17 avril).

Un scénario qui serait catastrophique pour Lotus Renault, une écurie très ambitieuse pour 2011 et dont le Polonais est l'atout numéro 1. Il avait brillé en 2010, saison qu'il avait terminée 8e du classement général pilotes avec 136 points en montant à trois reprises sur le podium.

A l'inverse, son coéquipier russe Vitaly Petrov, aussi impétueux qu'inconstant, n'avait marqué que 27 points, finissant 13e du classement pilotes.

Lotus Renault, qui doit également se demander comment elle a pu laisser son pilote disputer un rallye sur... une Skoda (groupe Volkswagen), dispose toutefois de solutions de rechange.

Le Brésilien Bruno Senna ou le Français Romain Grosjean, tous deux "troisième pilote", devraient monter dans le baquet de Kubica dès les prochains essais libres de Jerez (10 février). Reste à savoir s'ils pourront faire aussi bien que le Polonais.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.