Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie/ armée : le grand nettoyage?

En savoir plus

LE DÉBAT

Audition de Benalla au Sénat : Police - Elysée : malaise au sommet

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les Frères Sisters", western fraternel et meurtrier

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

"This is Iraq" : rencontre avec le rappeur I-NZ

En savoir plus

FOCUS

La traque des opposants burundais se poursuit jusqu'au Kenya

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Espionnage en Afrique : une concurrence féroce

En savoir plus

FACE À FACE

Affaire Benalla : 5 mois de feuilleton politique

En savoir plus

L’invité du jour

Sebastian Copeland : "Les régions polaires nous lancent le cri d’alarme"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L’économie chinoise peut-elle résister à la guerre commerciale ?

En savoir plus

Culture

Andrée Chedid, poète et romancière lumineuse, est décédée

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/02/2011

Romancière, dramaturge, mais aussi (et surtout, peut-être) poète, Andrée Chedid est décédée ce dimanche à Paris. Mère du chanteur Louis Chedid, grand-mère de "M", elle disait "revenir toujours à la poésie", sa "source essentielle".

AFP - La poète et romancière Andrée Chedid, décédée dimanche à 90 ans, a puisé dans l'Egypte de sa jeunesse et son amour de Paris l'inspiration de son oeuvre lumineuse, nourrie de ferveur mystique et de sensualité, mais aussi d'âpreté quand elle dénonçait les atrocités du monde.

"Je suis née au Caire, en Egypte. J'habite Paris par choix, parce que j'aime cette ville depuis l'enfance. J'écris depuis l'âge de dix-huit ans, pour essayer de dire des choses vivantes qui bouillonnent au fond de chacun", disait cette grande dame éprise de beauté, atteinte de la maladie d'Alzheimer depuis quelque temps.

D'emblée immergée dans trois langues, l'arabe, l'anglais et le français, elle avait depuis 1946 choisi Paris comme terre de coeur, aimant passionnément la palpitation et l'effervescence de la capitale. Elu aussi sa langue, pour écrire.

Andrée Chedid goûtait particulièrement les bords de Seine et le pont Mirabeau, chanté par Apollinaire, elle qui avait grandi près du Nil.

Dans "Le coeur demeure" (Stock, 1999), écrit avec son mari le professeur Louis-Antoine Chedid, elle évoquait ces deux fleuves qu'elle chérissait.

Autre superbe "pont" que la poète s'était de tout temps attachée à établir entre les générations, elle avait écrit les paroles de la chanson de son petit-fils Matthieu alias M, "Je dis aime", morceau-phare qui l'avait lancé en 1999.

L'an dernier, en tribu, Louis Chedid et "M", avaient tendrement évoqué la maladie de leur mère et grand-mère dans un album émouvant "On ne dit jamais assez aux gens qu’on aime qu’on les aime".

Cette amoureuse de la vie avait confié il y a quelques années avoir acheté une concession au cimetière Montparnasse, un lieu qui lui avait inspiré un poème d'une grande sérénité.

Tout au long de son existence, et dans son oeuvre, Andrée Chedid a questionné la condition humaine, les liens qui tissent l'individu au monde. Souvent portée par une ferveur mystique, son écriture est imprégnée d'une grande sensualité, aimantée par ses racines orientales. Mais sans nostalgie: "Des amarres sans pesanteur", relevait-elle.

"Je veux garder les yeux ouverts sur les souffrances, le malheur, la cruauté du monde, mais aussi sur la lumière, sur la beauté, sur tout ce qui nous aide à nous dépasser, à mieux vivre, à parier sur l'avenir", soulignait Andrée Chedid.

Née en 1920 au Caire de parents chrétiens libanais, divorcés, elle est mise en pension à l'âge de 10 ans. Elle apprend alors l'anglais, le français et exprime sa tendresse en arabe.

A 14 ans, elle part en Europe puis revient au Caire pour étudier à l'université américaine. Son rêve était d'être danseuse mais elle se marie à 22 ans. Le couple a deux enfants : Michèle et le chanteur Louis.

Romancière, dramaturge et surtout poète - "Je reviens toujours à la poésie, comme si c'était une source essentielle", disait-elle -, ses nombreux ouvrages en prose ou en vers lui ont valu de nombreux prix littéraires dont le Goncourt de la nouvelle, le Grand Prix de la Société des Gens de Lettres, le prix Louise Labé ou encore le Prix Mallarmé.

Son art poétique était aussi un art de vivre comme elle l'avait si bien transmis dans "Visage Premier" (1972). Elle avait encore publié ces dernières années des poèmes réunis sous le titre "Territoires du souffle", en 1999, "Le Message", en 2000, ou encore "Les quatre morts de Jean de Dieu", roman d'amour-symbiose en 2010, tous trois aux éditions Flammarion.

Première publication : 07/02/2011

  • LITTÉRATURE

    Le poète de la "créolisation" du monde Edouard Glissant est décédé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)