Accéder au contenu principal
ÉGYPTE

Wael Ghonim révèle être l'administrateur d'un influent groupe Facebook anti-Moubarak

Libéré lundi, le représentant de Google au Moyen-Orient et en Afrique du Nord a reconnu être l’administrateur du groupe Facebook baptisé "We Are All Khaled Said". Les manifestants lui demandent désormais de prendre la tête de la contestation.

Publicité

À l’écran, Wael Ghonim s'effondre en larmes. Lundi soir sur la chaîne de télévision privée égyptienne Dream TV, le représentant de Google pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord raconte les 12 jours qu'il a passés dans les geôles égyptiennes depuis son arrestation, le 28 janvier. Interrogé par la journaliste, il répète encore et toujours : "Je ne suis pas un traître", "Je peux tout supporter mais pas qu’on m’accuse de trahir l’Égypte".

Pour la première fois pendant l'émission, Wael Ghonim a aussi et surtout reconnu être "El Shaheed", l’administrateur anonyme du très influent groupe Facebook "We Are All Khaled Said" ("Nous sommes tous des Khaled Said"). Créé après qu'un blogueur a été battu à mort par la police en juin 2010, le mouvement est devenu l’un des acteurs les plus actifs de la contestation égyptienne.

Dans la rue, les anti-Moubarak ont accueilli la libération de celui qui s’est également occupé de créer le site internet de Mohamed El-Baradei, l’ex-patron de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) - et aujourd’hui l’une des principales figures de l’opposition à Hosni Moubarak - avec joie. Sa disparition avait engendré un vaste mouvement de soutien en ligne. Certains avaient même fait de sa libération un préalable à tout dialogue avec le pouvoir.

Sur Facebook, un groupe, qui revendique mardi matin plus de 100 000 membres, demande maintenant à Wael Ghonim d'accepter de devenir le porte-parole du mouvement de contestation du régime d’Hosni Moubarak... Un costume que cet employé de Google ne semble pas prêt à endosser. "Je n’ai fait que la partie facile du travail : écrire sur Internet. Les vrais héros de ce mouvement sont ceux qui ont eu le courage de descendre dans la rue", a-t-il expliqué à Dream TV.

Sur les conditions de sa détention, Wael Ghonim assure "qu’il a été traité avec beaucoup de respect" et qu’il "n’a subi aucune maltraitance".

Peu après sa libération, celui-ci a également fait son grand retour sur Twitter. "La liberté est une bénédiction pour laquelle il faut se battre", a-t-il d’abord écrit avant de remercier Google d’avoir " tant entrepris pour le rechercher".

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.