Accéder au contenu principal
ÉGYPTE

Retour sur les évènements de la journée de mercredi

Texte par : FRANCE 24 avec dépêches
6 min

Retrouvez toutes les informations et les reportages de nos envoyés spéciaux au Caire, au 16e jour de la mobilisation contre le régime d'Hosni Moubarak (Heures indiquées en GMT+2).

Publicité

21h30 : Regardez le reportage de nos envoyés spéciaux au Caire : "Les partisans de Moubarak se font de plus en plus discrets".

it
2011/02/WB_FR_NW_PKG_FR24_EGYPTE_PRO_MOUBARAK_18H_NW210431-A-01-20110209.flv

21h20 : Les Etats-Unis encouragent l'armée égyptienne à continuer à faire preuve de modération. Plus tôt, Le Caire avait affirmé que l'armée pourrait intervenir en cas de chaos dans le pays. "Nous respectons le rôle qu'a joué l'armée égyptienne jusqu'à présent et nous l'encourageons à continuer à faire preuve de la même modération dont elle a fait preuve au cours des derniers jours", a indiqué le porte-parole du département d'Etat Philip Crowley.(AFP)

20h50 : Le gouvernement égyptien répond à Washington.
Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, a accusé les Etats-Unis de chercher à "imposer" leur volonté à l'Egypte par leur exigence de réformes immédiates, dans un entretien à la chaîne de télévision américaine PBS.

"Lorsque vous parlez de changements prompts et immédiats à un grand pays comme l'Egypte, avec lequel vous avez toujours maintenu les meilleures relations, vous lui imposez votre volonté", a dénoncé le ministre, en réponse au vice-président américain Joe Biden, qui avait appelé plus tôt son homologue égyptien Omar Souleimane pour critiquer l'insuffisance des réformes politiques en Égypte.(AFP)

20h30 : Une autoroute et une voie ferrée bloquées dans le sud du pays. Des milliers de manifestants contre le président égyptien Hosni Moubarak ont bloqué une voie de chemin de fer et coupé une autoroute reliant le nord et le sud du pays à Assiout (sud), a annoncé un responsable de sécurité. (AFP).

20h20 : Washington tape du poing sur la table. La Maison Blanche estime que la poursuite de la mobilisation populaire en Egypte montre que les réformes politiques n'ontt jusqu'ici pas été suffisantes.(AFP).

20h15 : Le bilan des violences de mardi dans le sud du pays s'élève à 5 morts. Au moins cinq personnes ont succombé à leurs blessures au lendemain d'affrontements entre police et manifestants dans la ville d'El Kharga, à plus de 400 kilomètres au sud du Caire. La police avait tiré à balles réelles contre les manifestants, faisant une centaine de blessés. (AFP).

19h30 : Regardez le reportage de nos envoyées spéciaux au Caire : "Au coeur du campement de la place Tahrir".

it
2011/02/WB_FR_NW_PKG_FR24_EGYPTE_PLACE_TAHRIR_18H_NW210429-A-01-20110209.flv

19h30 : Démission du ministre de la Culture. Le nouveau ministre égyptien de la Culture, Gaber Asfour, a annoncé qu'il avait démissionné, quelques jours après sa nomination lors d'un remaniement ministériel effectué sous la pression des manifestations contre le régime. (AFP)

19h : L'armée pourrait intervenir en cas de chaos en Egypte. Selon le ministre des Affaires étrangères Ahmed Aboul Gheit, cité par l'agence officielle Mena, le gouvernement n'exclut pas de recourir à la force militaire en cas de chaos dans le pays. (AFP).

18h : La politique de l'administration Obama vis-à-vis de l'Égypte critiquée à la Chambre des représentants. "L'administration n'a pas su saisir l'occasion de pousser à des réformes", a notamment estimé Mme Ros-Lehtinen, présidente républicaine de la commission des Affaires étrangères de la Chambre, Ileana Ros-Lehtinen.

Mais les critiques sont aussi venues du côté démocrate. "En Egypte, j'ai peur que nous arrachions l'échec des mains du succès", a ironisé le représentant Gary Ackerman. "L'administration Obama semble maintenant hésiter entre un vrai soutien aux doléances des Egyptiens, ou bien un retour à la stabilité avec une apparence de changement", a dit l'élu démocrate. (AFP)

17h : L'envoyée spéciale de FRANCE 24, Melissa Bell, constate que la mobilisation ne faiblit pas place Tahrir, où les gens continuent d'affluer au 16e jour de la mobilisation anti-Moubarak.

it
2011/02/WB_FR_NW_GRAB_BEGAN_EGYPTE_17H_NW210463-A-01-20110209.flv

16h30 : Les Frères musulmans "ne recherchent pas le pouvoir", affirme Mohamed Moursi, un haut responsable du mouvement, lors d'une conférence de presse.

Les Frères musulmans, la principale force d'opposition égyptienne, multiplient les appels au départ du président Hosni Moubarak depuis le début de la contestation, le 25 janvier.

16h : Manifestation anti-Moubarak en Jordanie. Près de 150 membres du principal parti d'opposition jordanien, le Front de l'action islamique (FAI) se sont rassemblés devant l'ambassade d'Egypte à Amman pour réclamer la chute du président Hosni Moubarak (AFP).

15h : En plus des manifestations appelant au départ du président Hosni Moubarak au Caire, des mouvements sociaux portant sur les salaires ou les conditions de travail ont lieu ce mercredi dans les arsenaux et dans plusieurs sociétés privés à Port-Saïd, à l'entrée nord du canal de Suez.

Le fonctionnement de l'aéroport du Caire est de son côté perturbé par des grèves dans certaines sociétés de services, ou parmi des employés des services de sécurité. Des fonctionnaires du département des statistiques gouvernementales ont également manifesté dans la capitale.

Des mouvements sociaux ont également été signalés dans des usines textiles de Mahallah, dans le delta du Nil, ou encore dans une société gazière du Fayyoum (sud du Caire), ainsi que dans la grande ville industrielle de Helwan, qui jouxte la capitale (AFP).

14h : Au moins trois personnes ont succombé à leurs blessures au lendemain d'affrontements entre police et manifestants dans la ville d'El Kharga, à plus de 400 kilomètres au sud du Caire.

Mardi, la police avait tiré à balles réelles contre les manifestants, faisant une centaine de blessés. La foule en colère avait réagi en mettant le feu à sept bâtiments officiels, dont deux commissariats, un tribunal et le siège local du parti du président Hosni Moubarak, le Parti national démocrate (PND).

13h :
La diffusion de la chaîne Al-Jazira est rétablie. Elle avait été interrompue le 1er février par la compagnie satellitaire égyptienne Nilesat. Mardi, le vice-président Omar Souleimane a affirmé à des patrons de presse que certaines chaînes satellitaires étrangères avaient "insulté et dénigré l'Égypte". (AFP).

12h30 : Les services d'immigration égyptiens ont reçu la consigne de ne pas laisser entrer les Palestiniens dans le pays. "Douze Palestiniens ont été renvoyés vers les pays d'où ils venaient, mercredi, conformément à ces instructions", a précisé un responsable de ces services. (AFP).

Mardi, des centaines de milliers de manifestants se sont rassemblés place Tahrir, dans le centre du Caire. Ils ont accueilli triomphalement Wael Ghonim, un cybermilitant et cadre de Google, libéré lundi après 12 jours de détention. Un rassemblement a également eu lieu à Alexandrie, dans le nord du pays.

Hosni Moubarak a, lui, annoncé la création d'une commission pour amender la Constitution, et notamment les articles liés aux conditions, jusqu'ici très restrictives, de candidature à la présidentielle.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.