Accéder au contenu principal
ROYAUME-UNI

Un informaticien de British Airways reconnu coupable de complot terroriste

Texte par : Dépêche
2 min

Salarié de la compagnie aérienne britannique, Rajib Karim a été reconnu coupable d'avoir voulu perpétrer un attentat-suicide contre un avion avec la complicité du prédicateur radical Anwar al-Awlaki, lié à Al-Qaïda.

Publicité

AFP - Un informaticien travaillant pour la compagnie aérienne britannique British Airways a été reconnu coupable d'avoir fomenté un attentat contre un avion, lundi par un tribunal londonien.

Le tribunal de Woolwich, dans le sud-est de la capitale britannique, a retenu contre Rajib Karim, 31 ans, originaire du Bangladesh, quatre chefs d'accusation, notamment celui d'avoir usé de sa position au sein de l'entreprise pour tenter de faire sauter un avion.

"Il était très impliqué dans la cause jihadiste et dans l'extrémisme religieux" et "voulait être un martyr", a expliqué le procureur.

Arrivé en 2006 au Royaume Uni avec sa femme et son fils, le jeune homme avait été arrêté en février 2010 alors qu'il travaillait au centre d'appels de British Airways à Newcastle, dans le nord-est de l'Angleterre.

Selon l'accusation, il était en contact depuis 2009 avec un prédicateur radical américano-yéménite Anwar al-Awlaki, avec lequel il aurait échangé des informations. Ce dernier, qui est considéré par Washington comme "l'un des dirigeants-clés d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique", selon le parquet, se cacherait au Yemen.

Anwar al-Awlaki lui aurait demandé dans un courriel de quelle manière s'y prendre pour introduire un colis ou une personne transportant un colis à bord d'un avion pour les Etats-Unis.

Après cet échange, le jeune homme, décrit par ses collègues comme "bien éduqué et courtois" et qui s'était bien intégré dans l'entreprise, a demandé à suivre une formation pour faire partie du personnel de bord.

Rajib Karim, qui était jugé depuis la fin janvier, a nié pendant son procès avoir planifié un attentat contre un avion. Et il a assuré qu'il était venu en Grande-Bretagne parce qu'il voulait faire soigner son fils dont il craignait qu'il ait un cancer de l'intestin.

Il a toutefois reconnu avoir participé à la production et à la distribution d'une vidéo pour le compte de la Jamayetul Mujahideen Bangladesh (JMB), une organisation islamiste interdite dans ce pays, et d'avoir transféré des fonds à des fins terroristes.

Il a également admis avoir été volontaire pour participer à des camps d'entraînement et avoir incité d'autres personnes à en faire autant.

Sa peine sera prononcée le 18 mars.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.