Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Nous sommes tous Tunisiens, Egyptiens, Libyens"

4 mn

Presse internationale, Jeudi 3 MARS. La Libye est au bord de la guerre civile, Kadhafi contre-attaque. Mais quelle que soit l’issue des confrontations en cours, ce sont tous les régimes de la région qui sont ébranlés. A voir aussi, la tension croissante en Côte d’Ivoire, et l’assassinat du seul ministre chrétien au Pakistan.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
"La Libye est-elle au bord de la guerre civile ?"…
La question est posée à la Une du Guardian. Kadhafi lance sa contre-attaque et il frappe fort. Matin Chulov le reporter du Guardian nous raconte comment
"60 à 70 4x4 Toyota s’étaient positionnés plusieurs heures auparavant à l’écart de la ville avant que les hommes de Kadhafi lancent leur offensive en utilisant des familles comme boucliers humains".  "Les rebelles de l’est de la Libye savaient que ce n’était qu’une question de jours".
 
Le sort de la révolution libyenne est on l’aura compris des plus incertains, mais nous dit l’Orient le Jour, même si l’insurrection est matée, l’espoir a finalement surgi dans le monde arabe.C’est un message d’optimisme vers le monde arabe qu’ envoie ce matin le quotidien libanais, avec cette belle tribune : "Appartenir".
"Qu’il est fabuleux (cet éveil des peuples arabes) au matin de tous les possibles. Oui, ils ont renversé les dictateurs et ils en renverseront d’autres. Oui, ils auront du mal. Ils ont brisé la coquille et ils en sortent nus. Oui, certains ne les verront pas, ces lendemains qui chantent, mais leurs enfants chanteront. Le jour est enfin arrivé où l’on peut être fier d’être arabe. Nous sommes tous des Tunisiens, des Égyptiens, des Libyens".
 
Au-delà de la Tunisie, de l’Egypte et de la Libye, ce sont tous les régimes de la région qui sont ébranlés. Le Financial Times nous apprend que les monarques arabes commencent à "regarder nerveusement" ce qui se passe au Maroc, où les demandes d’un changement radical se multiplient à vitesse grand v et où le roi Mohamed VI, malgré ses promesses de réforme, est accusé de répression par ses opposants. Son statut de monarque de droit divin nous dit le Financial est de plus fragilisé par les injustices économiques et l’absence d’une démocratie véritable…
 
Le Financial Times qui donne aussi à lire dans ses pages un tout autre point de vue. C’est intitulé  "Why the world needs virtuous autocrats",  "pourquoi le monde a besoin d’autocrates vertueux". En ces temps agités nous explique le Financial Times, il est important de faire des distinctions.  "Les différences morales entre un dictateur et un autre peuvent être aussi vastes qu’entre ces deux dictateurs et des démocrates. Il y a des dictateurs bienveillants – et il ne faudrait pas tourner le dos à tous ceux qui restent". Un dictateur bienveillant c’est d’après le FT, un dictateur qui a renoncé à la tyrannie "abjuration of tyranny". Et ce renoncement porte en lui, à terme,  la possibilité de sa défaite…
 
Dans la presse internationale ce matin également, quoiqu’éclipsée par la crise en Libye, la situation en Côte d’Ivoire, dans le Herald Tribune.
 
Et puis au Pakistan, les extrémistes occupent aussi le terrain. C’est toujours dans le Herald Tribune, l’assassinat du seul ministre chrétien au Pakistan.
 
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.