Accéder au contenu principal

La CPI ouvre une enquête pour crimes contre l'humanité à l'encontre de Kadhafi

Cinq jours après avoir été saisie par le Conseil de sécurité de l'ONU, la Cour pénale internationale a ouvert une enquête pour crimes contre l'humanité à l'encontre du colonel Mouammar Kadhafi et de plusieurs hauts responsables libyens.

PUBLICITÉ

AFP - Le procureur de la Cour pénale internationale Luis Moreno-Ocampo a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête pour crimes contre l'humanité en Libye, visant le colonel Mouammar Kadhafi, ses fils et plusieurs hauts responsables libyens.

"Nous souhaitons vous annoncer que le 3 mars 2011 le bureau du procureur a décidé d'ouvrir une enquête pour crimes qui auraient été commis contre l'humanité en Libye depuis le 15 février", a déclaré M. Moreno-Ocampo lors d'une conférence de presse à La Haye.

Série de sanctions européennes contre la Libye

L’Union européenne a adopté, le 3 mars, une série de sanctions contre la Libye. Elle a notamment décidé de mettre en place un embargo sur les armes et une interdiction d'exporter du matériel susceptible d'être utilisé à des fins de répression interne. Le texte prévoit en outre un gel des avoir financiers du colonel Kadhafi ainsi que d’une vingtaine de ses proches, dont :

- Le colonel Massoud Abdulhafiz, commandant des Forces armées

- Le colonel Abdullah Al-Senussi, directeur du renseignement militaire

- Mohammed Abdussalam, chef de la lutte contre le terrorisme

- Abu Bakr Yunis Jabir, ministre de la Défense

- Abu Zayd Dorda, directeur de l'Organisation de la sécurité extérieure

Cliquez ici pour consulter la résolution.

"Nous avons identifié certains individus qui jouissent d'une autorité de facto", a annoncé M. Moreno-Ocampo en citant "Kadhafi, son cercle rapproché, y compris ses fils".

Le procureur a également cité "le ministre des Affaires étrangères, le chef de la sécurité du régime et du renseignement militaire, le chef de la sécurité personnelle de M. Kadhafi et le chef de l'organisation de la sécurité interne", sans donner de noms.

"Nous voulons saisir cette occasion pour notifier que si les forces dont ils ont le commandement commettent des crimes, ils pourraient être tenus pour responsable pénalement", a poursuivi le procureur.

"la situation ici, maintenant, est calme"

Le Conseil de sécurité des Nations unies avait samedi, dans une résolution, saisi le procureur de la CPI de la situation en Libye, considérant que "les attaques systématiques" contre la population civile de ce pays "peuvent être assimilées à des crimes contre l'humanité".

Selon la Ligue libyenne des droits de l'Homme, la répression a fait 6.000 morts, dont 3.000 à Tripoli et 2.000 à Benghazi- un bilan nettement plus important, dans cette dernière ville, que les 220 à 250 morts avancés par des sources hospitalières locales et le CICR.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.