Accéder au contenu principal

Le président Saleh proclame l'état d'urgence après des affrontements sanglants

L'état d'urgence a été instauré au Yémen où au moins 52 personnes ont été tuées au cours d'affrontements entre les forces de l'ordre et des manifestants réunis à Sanaa. Le président Ali Abdallah Saleh exprimé ses "regrets".

Publicité

AFP - Cinquante-deux personnes ont été tuées et 126 blessées dans les tirs contre des manifestants vendredi à Sanaa, selon un nouveau bilan fourni samedi par des sources médicales.

"Le bilan s'élève maintenant à 52 tués et 126 blessés, après le décès de plusieurs personnes qui ont été atteintes par balles", a indiqué l'un des médecins de l'hôpital de fortune installé près du lieu de manifestation à l'entrée de l'Univsersité de Sanaa.

Le dernier bilan de ces tirs, les plus meurtriers depuis le début de la contestation du régime fin janvier, communiqué vendredi soir de sources médicales, faisait état de 46 tués et de dizaines de blessés.

Des renforts de police ont été déployés sur place samedi au lendemain de ces tirs attribués par des manifestants à des partisans du président Ali Abdallah Saleh.

Le chef de l'Etat a regretté vendredi ces morts, mais annoncé l'instauration de l'état d'urgence dans le pays et demandé que les manifestants évacuent la place de l'Université, au centre de Sanaa, symbole de leur mobilisation.

Peu après, le président américain Barack Obama l'a exhorté à autoriser le déroulement des manifestations. "Je condamne fermement les violences qui se sont produites aujourd'hui au Yémen", a déclaré M. Obama dans un communiqué, et il a appelé "le président Saleh à tenir sa promesse d'autoriser les manifestations à se dérouler pacifiquement".

L'opposition qui exige le départ de M. Saleh, au pouvoir depuis 32 ans, a qualifié les incidents de "massacre".

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.