Accéder au contenu principal
LIBYE

Le régime de Tripoli annonce un nouveau cessez-le-feu

Texte par : Dépêche
|
Vidéo par : Julien FANCIULLI
4 mn

Pour la deuxième fois en 72 heures, le dirigeant libyen a annoncé un cessez-le-feu dimanche soir. Des tirs nourris et des explosions continuaient à se faire entendre à Benghazi et à Tripoli dans la soirée.

Publicité

AFP - Le régime du colonel Mouammar Kadhafi a annoncé un cessez-le-feu à partir de dimanche 19H00 GMT, en réponse à l'appel lancé samedi par l'Union africaine à "la cessation immédiate des hostilités", a déclaré un porte-parole de l'armée.

it
2011/03/WB_FR_NW_GRAB_SIMONET_8H30_NW258846-A-01-20110321.flv

"En respect du communiqué publié par le comité de l'Union africaine samedi à Nouakchott et des résolutions 1970 et 1973 de l'ONU, le commandement des forces armées a donné ses ordres pour un cessez-le-feu à partir de dimanche 21H00" locale (19H00 GMT), a déclaré le porte-parole, Milad Fokehi lisant un bref communiqué.

Tripoli avait déjà annoncé vendredi un cessez-le-feu qu'elle n'a pas respecté, selon la communauté internationale qui a lancé samedi soir sa première opération militaire en Libye.

La Libye a considéré par ailleurs samedi soir comme nulle la résolution 1973 imposant une zone d'exclusion aérienne, après l'opération militaire occidentale et demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU.

La résolution 1970 adoptée fin février prévoit un embargo sur les armes, l'interdiction de voyager pour Mouammar Kadhafi et 15 de ses proches et le gel des biens du colonel Kadhafi et des membres de sa famille.

it
2011/03/WB_FR_NW_GRAB_PAULINE_20H_NW257402-A-01-20110320.flv

Le comité de l'UA sur la Libye a appelé dimanche à Nouakchott à "la cessation immédiate de toutes les hostilités" en Libye.

Les membres du comité, composé de chefs d'Etat africains, ont publié un communiqué dans lequel ils demandent également "la coopération des autorités libyennes concernées pour faciliter l'acheminement diligent de l'assistance humanitaire aux populations dans le besoin".

Ils demandent en outre "la protection des ressortissants étrangers y compris les travailleurs migrants africains vivant en Libye", ainsi que "l'adoption et la mise en oeuvre des réformes politiques nécessaires pour l'élimination des causes de la crise actuelle".
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.