Accéder au contenu principal
INTERNET

Nouvelle scène de ménage entre Google et Pékin

Un an après s'être crêpé le chignon, Google et Pékin remettent le couvert. Au centre du différend : Gmail, le messagerie du célèbre moteur de recherche que les autorités chinoises chercheraient, selon le groupe américain, à censurer.

Publicité

Ils remettent ça ! Un an après leur première algarade, Google et la Chine remontent sur le ring. Au cœur de la nouvelle dispute : Gmail, le service de messagerie du célèbre moteur de recherche, qui affirme subir la censure de Pékin.

Depuis lundi, Google assure que les autorités chinoises ont mis en place un stratagème "sophistiqué" visant à faire croire que sa messagerie chinoise rencontre des problèmes. "Nous avons étudié en profondeur la question et il n’y a aucun problème technique de notre côté", a affirmé un porte-parole de Google dans un communiqué. Niant toute intervention de sa part, le gouvernement chinois a jugé cette accusation "inacceptable".

Cela fait plus d’une semaine que le géant de l’Internet semble avoir été mis au courant d’un problème avec sa messagerie dans l'ex-empire du Milieu. Le 11 mars, le groupe faisait ainsi état sur son blog d'"une série d’attaques à but politique très ciblées contre nos utilisateurs chinois". Mais, à l’époque, Google n’avait pointé personne du doigt.

Incident diplomatique

C’est donc aujourd’hui chose faite. Google semble penser que la Chine cherche à baîllonner les activistes chinois qui utilisent Gmail pour lancer des appels à manifester contre le gouvernement. Les perturbations de la messagerie coïncident en effet avec les premières tentatives de mobilisation sur l’Internet chinois en février.

Bien qu'en Chine la contestation ne se limite qu'à des actions sporadiques, les autorités de Pékin ont pris une série de mesures préemptives. Depuis le début des révoltes dans le monde arabe, le mot-clé "Egypt", entre autres, a été censuré sur les moteurs de recherche chinois.

La nouvelle querelle entre Google et Pékin n’est pas sans rappeler le précédent de janvier 2010. À cette époque, le moteur de recherche avait décidé de faire sauter les verrous empêchant jusqu'alors aux internautes chinois d'accèder à tous les contenus de la Toile. La décision avait dégénéré en incident diplomatique entre Washington et Pékin. En décembre 2010, Google avait finalement accepté de filtrer certains de ses résultats afin de pouvoir maintenir sa présence sur l’Internet chinois.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.