Accéder au contenu principal
LIBYE

Les insurgés ont repris Ras Lanouf et poursuivent leur avancée

Texte par : Dépêche
|
5 mn

L'insurrection libyenne, qui a repris le contrôle d'Ajdabiya puis de Brega hier, continue sa progression vers l'ouest ce dimanche. Le terminal pétrolier de Ras Lanouf est aux mains des rebelles depuis ce matin.

Publicité

AFP - Le terminal pétrolier de Ras Lanouf, dans l'est de la Libye, était dimanche matin aux mains des insurgés, qui continuaient d'avancer vers l'ouest, selon des journalistes de l'AFP.

Ras Lanouf avait été repris aux insurgés le 12 mars par les forces loyalistes, qui semblaient désormais en pleine débandade dans l'Est.

it
2011/03/WB_FR_NW_GRAB_PAULINE_13H_1ere_rep_NW266111-A-01-20110327.flv

Ras Lanouf est situé à 370 km à l'ouest de Benghazi, le bastion des rebelles dans l'Est, et à 210 km d'Ajdabiya, carrefour stratégique tombé samedi sous le contrôle de la rébellion contre le régime de Mouammar Kadhafi.

Le long de la route près du terminal pétrolier, des traces de combat étaient visibles. Des munitions étaient abandonnées et un bâtiment en partie détruit.

Les insurgés ont mis en place des postes de contrôle aux entrées et sorties de la ville, où des tirs de joie résonnaient de temps en temps.

Un combattant rebelle, Attia Hamad, 35 ans, a expliqué qu'il y avait "eu un peu de résistance (des forces pro-Kadhafi) à l'aube" mais que les soldats s'étaient ensuite retirés vers Ben Jawad, à 50 km à l'ouest.

"Tout (Ras Lanouf) est entre nos mains", a-t-il souligné.

Les forces pro-Kadhafi "se retirent tellement vite qu'elles laissent des combattants derrière elles", a-t-il affirmé.

Il a précisé qu'aucun rebelle n'avait été tué lors de la reconquête de Ras Lanouf. En revanche, les rebelles ont enterré dans le sable un mercenaire africain combattant du côté des pro-Kadhafi.

it
2011/03/WB_FR_NW_GRAB_PHARES_6H_NW266254-A-01-20110327.flv

Les forces pro-Kadhafi continuaient à se replier en direction de Syrte, la ville natale du dirigeant libyen à 200 km plus à l'ouest.

Selon une habitante de Syrte jointe par téléphone par l'AFP, la ville a été la cible de nombreux raids aériens dans la nuit, et ce jusqu'à cinq heures du matin, provoquant des dégâts importants.

"La ville est devenue une boule de feu. Les portes de notre maison ont été soufflées sous la force des explosions", a-t-elle dit. "La plupart des habitants se sont enfuis dans le désert, terrifiés par les raids aériens".

De nombreux rebelles avançaient vers Syrte. Dans cette zone, la côte est une succession de petits villages très difficiles à défendre.

Fort du soutien international, les insurgés ont repris coup sur coup samedi le contrôle d'Ajdabiya, à 160 km au sud de Benghazi, puis du port pétrolier de Brega, 80 km plus à l'ouest.

it
2011/03/WB_FR_NW_GRAB_PAULINE_LIBYE_12H_NW266142-A-01-20110327.flv

A Brega, les forces pro-Kadhafi ont déserté la ville, abandonnant pièces d'artillerie et pick-up. Dans le bourg, très calme, quelques traces de combat étaient visibles. Le terminal pétrolier était aussi sous leur contrôle.

Alors que les craintes de voir les combats ou des actes de sabotage endommager les infrastructures pétrolières du pays avaient fait grimper les cours du pétrole, les journalistes de l'AFP n'ont vu aucun signe de dégâts importants sur ce terminal, ni sur celui de Ras Lanouf.

Retrouvez les évènements de samedi 26 mars en Libye, en Syrie et dans le reste du monde arabe avec notre Liveblogging en cliquant ici.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.