Accéder au contenu principal
JAPON

L'exploitant de la centrale nucléaire de Fukushima demande l'aide de la France

Texte par : Dépêche
5 mn

Tepco, l'exploitant de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima accidentée lors du séisme et du tsunami qui ont ravagé l'archipel le 11 mars dernier, a sollicité l'aide de la France, annonce le ministre français de l'Industrie, Éric Besson.

Publicité

REUTERS - La compagnie japonaise Tepco, qui exploite la centrale nucléaire de Fukushima endommagée par le séisme et le tsunami du 11 mars, a demandé l'aide de la France, a annoncé lundi le ministre de l'Industrie, Eric Besson.

De l'eau fortement radioactive a été découverte à l'extérieur du bâtiment du réacteur 2 de la centrale nucléaire de Fukushima, a annoncé lundi un porte-parole de l'opérateur Tepco.

De "l'eau accumulée" dans "des puits de regard d'une tranchée souterraine débouchant à l'extérieur du bâtiment" affichait un niveau de radioactivité supérieur à 1000 millisieverts par heure.

Ces puits sont situés à une soixantaine de mètres de l'océan Pacifique et l'eau contaminée pourrait avoir ruisselé jusqu'au rivage, a-t-il précisé.

Confronté notamment à la panne des circuits de refroidissement de la centrale, l'électricien japonais ne parvient pas à en reprendre le contrôle et les fuites radioactives semblent s'aggraver.

Une radioactivité de plus de 1.000 millisieverts par heure a été mesurée dimanche à la surface de l'eau, dans des fossés situés à l'extérieur du réacteur n°2 de la centrale de Fukushima-Daiichi, a annoncé lundi Tepco.

"La situation est extrémement critique, extrémement sérieuse. Je vois bien que l'opérateur Tepco n'a pas réussi depuis huit jours à stabiliser la situation", a dit Eric Besson, qui a qualifié d'imprécises les informations parvenues en France.

"Tepco, pour la première fois, je m'en réjouis, il y a 36 heures, a demandé l'appui des industriels francais concernés, en la circonstance EDF, Areva et le CEA (Commissariat à l'énergie atomique). Je trouve que c'est une bonne nouvelle", a dit Eric Besson, au micro de RTL.

"On a reçu une demande d'aide mais ce n'est pas encore concret, on étudie la nature exacte de cette aide", a dit pour sa part un porte-parole d'Areva.

Avec 19 centrales et 58 réacteurs, la France est un des pays au monde qui a le plus développé l'énergie nucléaire. Les responsables de la filière suivent au quotidien les opérations au Japon et ont fait part de leur inquiétude.

Areva a affrété le 18 mars un avion avec des masques, combinaisons et de l'acide borique - une substance utilisée pour la régulation de la réaction nucléaire - mis à disposition par EDF. Le 22 mars, du matériel fourni par l'Etat et Areva dont des groupes électrogènes, des pompes et des camions, a été acheminé vers le Japon.

Des responsables de la filière nucléaire française ont dit dans la presse disposer de robots susceptibles de réaliser des interventions simples sur des sites contaminés, dans le but d'épargner les personnels, mais le Japon n'aurait pas sollicité jusqu'ici leur prêt.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.