YÉMEN

Explosion meurtrière dans une usine de munitions

Le bilan de la forte explosion, lundi, dans une usine de munitions dans le sud du Yémen s'élève à 150 morts. Selon un responsable, la plupart des victimes seraient des civils, parmi lesquels des femmes et des enfants.

Publicité

AFP - Au moins 76 personnes ont été tuées dans une explosion lundi dans une usine de munitions dans le sud du Yémen, pillée la veille par des éléments d'Al-Qaïda, selon un nouveau bilan obtenu auprès de responsables locaux.

"Entre 75 et 80 personnes ont été tuées dans l'explosion" dans la province d'Abyane, a déclaré un responsable local, Nasser al-Mansari, précisant que "55 cadavres ont été identifiés".

M. Mansari, secrétaire général du Conseil municipal de la localité de Khanfar, dont dépend administrativement l'usine, a ajouté qu'il n'avait pas été possible d'identifier les autres cadavres, totalement carbonisés ou dont ils ne restaient que des os.

La plupart des victimes, dont une vingtaine de femmes et parmi lesquelles figuraient des enfants, ont été rapidement enterrées selon la tradition musulmane, a-t-il ajouté.

En outre, 54 blessés ont été admis à l'hôpital de Jaar, ville située à 10 km du lieu de l'incident, et 30 autres dans un hôpital d'Aden, principale ville du Sud, a déclaré à l'AFP le responsable du secteur de la santé à Abyane, Khedr al-Saïdi, confirmant que "55 corps ont pu être identifiés".

Selon lui, une femme a succombé à ses blessures à l'hôpital d'Aden, portant à au moins 76 le nombre des morts dans l'explosion.

"Les opérations de secours et de recherche de victimes sous les décombres ont pris fin et une enquête a été ouverte sur les causes de l'explosion", a-t-il ajouté.

Dans un précédent bilan, Mohsen Salem Saïd, membre du Conseil de la localité de Khanfar, avait fait état de 70 tués.

Un habitant a pour sa part indiqué avoir compté 70 cadavres, retirés de l'usine.

M. Saïd avait indiqué dans un premier temps qu'au moins 40 personnes avaient été tuées et 90 blessées, dont des enfants, dans l'explosion.

Les victimes sont des civils entrés lundi dans l'usine pour tenter de récupérer des armes ou des munitions au lendemain d'une opération commando d'éléments d'Al-Qaïda qui ont attaqué cette unité de production militaire et emporté des caisses de munitions.

Le commando d'une trentaine de personnes cagoulées a chargé ces caisses à bord de quatre camionnettes avant de quitter les lieux sans être inquiété.

Les circonstances de l'explosion du lundi n'étaient pas encore éclaircies et le bilan des victimes pourrait s'alourdir car la recherche des tués et des blessés continue sur place.

Un porte-parole de la province d'Abyane a rendu Al-Qaïda responsable de l'explosion, en affirmant que le réseau extrémiste avait attiré les civils dans un "piège mortel".

Le porte-parole, cité par le site internet du ministère de la Défense, 26sep.net, a annoncé une enquête mais indiqué d'ores et déjà que l'explosion avait été provoqué par la poudre entreposée dans l'usine.

"Une série d'explosions se sont produites et un incendie a détruit l'usine", a-t-il dit, faisant état de "dizaines de morts et de blessés" mais sans donner de bilan précis.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine