Accéder au contenu principal
AFGHANISTAN

Une manifestation dégénère à Mazar-i-Sharif, sept employés de l'ONU tués

Texte par : Dépêche
2 min

Plusieurs manifestations se sont déroulées dans le pays après la prière, vendredi, contre l'autodafé du Coran par un pasteur américain mi-mars. À Mazar-i-Sharif, les protestataires ont attaqué le siège des Nations unies tuant sept employés étrangers.

Publicité

AFP - Sept employés étrangers de l'ONU et cinq manifestants afghans ont été tués dans l'attaque par des manifestants des bureaux de l'ONU à Mazar-I-Sharif, la grande ville du nord de l'Afghanistan, selon un nouveau bilan annoncé par le gouverneur provincial.

"Sept employés de l'Unama (Mission de l'ONU en Afghanistan) ont été tués, cinq sont népalais et deux sont européens, une femme et un homme", a déclaré Atta Mohammad Nour, le gouverneur de la province de Balkh, dont Mazar-I-Sharif est la capitale.

"Cinq manifestants ont été tués et 20 blessés", a-t-il ajouté au cours d'une conférence de presse, affirmant que "plus de 20 insurgés impliqués dans l'attaque avaient été arrêtés".

"Il n'était pas prévu que la manifestation se rende vers les bureaux de l'Unama, mais un groupe d'insurgés est allé attaquer le siège de l'Unama", a expliqué le gouverneur.

Le chef de la police pour le nord de l'Afghanistan avait auparavant déclaré que huit membres de l'ONU avaient été tués.

Un porte-parole de l'ONU à New York a confirmé l'attaque, indiquant qu'il y avait "des morts" dans les rangs de l'ONU, sans en préciser le nombre.

Un porte-parole de la police à Mazar-I-Sharif, Lal Mohammad Ahmadzai, a affirmé à l'AFP que des insurgés "talibans avaient infiltré les manifestants".

M. Ahmadzai a en outre assuré que deux des employés de l'ONU tués avaient été décapités, ce qu'un responsable provincial de la police, le général Abdul Rauf Taj, a démenti : "Aucun n'a été décapité. Ils ont reçu une balle dans la tête", a-t-il dit.

La manifestation, organisée pour protester contre le récent autodafé d'un Coran par un pasteur intégriste américain, avait commencé vers 13H00 (09H00 GMT), après la traditionnelle prière du vendredi.

Les manifestants ont fait une déclaration exigeant que le gouvernement afghan "coupe tout lien diplomatique avec les Etats-Unis s'ils ne poursuivent pas le pasteur qui a brûlé le Coran".

Ils ont par ailleurs demandé au Parlement afghan de "déclarer illégale la présence de troupes étrangères en Afghanistan", où environ 132.000 soldats étrangers, aux deux tiers américains, soutiennent le gouvernement de Kaboul face aux insurgés talibans.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.