CHINE

L'artiste dissident Ai Weiwei arrêté à l'aéroport de Pékin

Texte par : Dépêche
3 mn

L'artiste Ai Weiwei a été interpellé ce dimanche matin à l'aéroport de Pékin alors qu'il s'apprêtait à rejoindre Hong Kong. Depuis le début de l'année, cet ardent contempteur du régime disait être victime du harcèlement des autorités chinoises.

Publicité

AFP - L'artiste chinois Ai Weiwei, virulent critique du gouvernement, a été interpellé au moment où il s'apprêtait à embarquer à bord d'un avion pour Hong Kong et la police a perquisitionné son atelier à l'extérieur de Pékin, ont annoncé ses collaborateurs sur Twitter.

L'arrestation d'Ai Weiwei 53 ans, intervient quelques jours après qu'il a annoncé son intention de s'installer à l'étranger pour ne plus être la cible de harcèlement au moment où les autorités ont encore renforcé leur répression sur les personnes critiquant le régime. Mardi, il avait évoqué l'Allemagne.

Ai avait annoncé à la mi-février l'annulation de sa première grande exposition prévue en Chine en mars, les organisateurs lui ayant expliqué que le moment choisi était inopportun et qu'ils souhaitaient la reprogrammer.

Selon des messages sur des comptes Twitter d'assistants de l'artiste, des policiers se sont rendus dans son atelier du district de Caochangdi munis d'un mandat de perquisition.

Huit de ses assistants ont été emmenés par la police pour interrogatoire cependant que sa femme était sous surveillance de la police à leur domicile, selon ces mêmes sources.

Le téléphone portable de l'artiste était éteint dimanche et le téléphone ne répondait pas à son atelier pékinois.

En janvier, l'atelier de l'artiste dans la banlieue de Shanghai avait été démoli. Ai avait été brièvement placé en résidence surveillée en novembre dernier pour avoir voulu "célébrer" avec ses fans l'annonce de cette démolition forcée.

Ai a défendu de nombreuses causes humanitaires et s'est notamment illustré avec une vaste enquête sur les effondrements de bâtiments scolaires lors du séisme dans la province du Sichuan (sud-ouest) en 2008, apparemment liés à la corruption.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine