Accéder au contenu principal
JAPON

Une fuite d'eau détectée à la centrale nucléaire d'Onagawa

Texte par : Dépêche
2 min

Le séisme survenu jeudi au Japon a endommagé les piscines de stockage de combustible de la centrale nucléaire d'Onagawa, dans le nord-est du Japon, a annoncé l'exploitant du site. Les niveaux de radioactivité seraient toujours stables.

Publicité

REUTERS - Des fuites d'eau ont été repérées à la centrale nucléaire d'Onagawa après le nouveau séisme survenu jeudi dans le nord-est du Japon, a annoncé vendredi l'exploitant de la centrale, Tohoku Electric Power.

Cette société assure cependant que les niveaux de radioactivité aux abords du site n'ont pas changé.

De l'eau s'échappe notamment des piscines de stockage de combustible usagé dans les réacteurs 1, 2 et 3 de la centrale. Trois autres fuites ont été signalées dans le réacteur 3.

La centrale d'Onagawa, dans la préfecture de Miyagi, est à l'arrêt depuis qu'elle a été touchée par une vague de 13 mètres après le séisme de magnitude 9 survenu le 11 mars dans le nord-est du Japon.

Deux des trois lignes électriques alimentant le site ont été coupées en raison du séisme de jeudi, a précisé Tohoku Electric.

Les opérations de refroidissement des barres de combustible usagé ont repris après une interruption et le site dispose toujours d'un générateur de secours en cas de nécessité.

La baisse du niveau d'eau dans les piscines de refroidissement est une source d'inquiétude car, si elles ne sont pas suffisamment immergées, les barres de combustible usagé provoquent des rejets radioactifs dans l'atmosphère.

"Nous avons détecté une petite augmentation des niveaux de radioactivité à l'intérieur des réacteurs et nous essayons de déterminer l'origine des fuites", a dit un responsable de Tohoku Electric. "Nous n'avons pas observé de changement dans les niveaux de radioactivité à l'extérieur des réacteurs."

Le Japon est déjà confronté à une crise nucléaire sur le site de Fukushima, un peu plus au sud d'Onagawa, en raison du séisme et du tsunami survenus le 11 mars.

A Fukushima, des techniciens travaillent sans relâche pour tenter de refroidir les barres de combustible et éviter une fusion du coeur des réacteurs qui pourrait provoquer une
catastrophe nucléaire majeure.

Les autorités ont mis en place une zone d'exclusion dans un rayon de 20 km autour de cette centrale et plus de 70.000 personnes ont dû être évacuées.

L'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA) a confirmé que les niveaux de radioactivité n'avaient pas changé sur le site de Fukushima après le tremblement de terre de jeudi.

"L'épicentre du séisme se trouvait à 20 km de la centrale nucléaire d'Onagawa et à environ 120 km des centrales nucléaires de Fukushima Daiichi et Daini", a souligné l'AIEA.

Le séisme et le tsunami du 11 mars ont fait près de 28.000 morts ou disparus.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.