Accéder au contenu principal

Deux partis d'opposition chiites menacés de dissolution

Deux partis de l'opposition chiite, dont Al-Wefaq qui dispose de 18 des 40 sièges du Parlement, sont visés par une action judiciaire menée par le ministère de la Justice et des Affaires islamiques qui souhaite leur dissolution.

Publicité

AFP - Le ministère de la Justice et des Affaires islamiques de Bahreïn a engagé une action en justice pour dissoudre deux partis de l'opposition chiite, dont le puissant Al-Wefaq, un mois après la fin de la contestation dans le royaume, a rapporté jeudi l'agence officielle Bna.

L'action en justice concerne les "associations de l'Action islamique et Al-Wefaq", a précisé l'agence, accusant ces deux groupes chiites d'avoir "grièvement enfreint aux règles de la Constitution et aux lois en vigueur et d'avoir eu des activités qui ont nui à la paix civile et à l'unité nationale".

Ces deux associations ont également "incité au non respect des institutions", a ajouté l'agence, citant un communiqué du ministère.

Al-Wefaq était le principal groupe de l'opposition au Parlement où il contrôlait 18 des 40 sièges. Il avait durant les manifestations, de la mi-février à la mi-mars, demandé des réformes politiques pour transformer Bahreïn en une véritable monarchie constitutionnelle où le Premier ministre serait le chef de la majorité parlementaire.

L'Association de l'Action islamique s'est également jointe à la protestation, menée essentiellement par les chiites, majoritaires parmi la population locale, contre la dynastie sunnite des Al-Khalifa.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.