INTERNET

Un autre gazouilleur voudrait faire de l'ombre à Twitter

UberMedia, l’un des acteurs majeurs de la "Twittosphère", serait en train de réfléchir à la création de son propre site de microblogging. Une rumeur qui en dit long sur les relations entre Twitter et ses partenaires.

Publicité

Que la bataille des gazouillis commence ! Twitter ne sera peut-être bientôt plus seul sur son créneau. Un autre service de microblogging pourrait bientôt voir le jour, selon le site de la chaîne américaine CNN.

Ce concurrent au réseau social fondé en 2006 serait développé par UberMedia, un poids lourd de l’écosystème de Twitter. Le nouveau venu viendrait empiéter sur les plates-bandes numériques de son vénérable aîné en proposant une interface plus simple d’utilisation et probablement, toujours d’après la chaîne américaine, en mettant un terme à la limite des 140 caractères qui fait la spécificité de Twitter.

UberMedia est une société américaine qui a largement prospéré dans l’ombre du service de microblogging. Elle a fait de la création d’"applications Twitter" son fond de commerce. Il s’agit de petits modules sur l’Internet ou sur téléphone portable qui sont censés améliorer l’utilisation de Twitter. Près de 11 % de "gazouillis" envoyés par jour proviennent d’applications comme Twydroid (pour smartphone), ou Echofon (pour les navigateurs internet) qui appartiennent à UberMedia, selon une enquête de février du cabinet américain d’étude Sysomos.

Changement de ton

Si la société californienne se lance dans l’aventure, ce qu’elle n’a officiellement pas confirmé, elle serait alors l’un des premiers concurrents sérieux à Twitter. Personne ne s’est risqué, jusqu’à présent, à s’attaquer à ce service qui a fêté en mars ses 5 ans d’existence avec près de 90 millions d’utilisateurs.

UberMedia a, également, des raisons de ne pas être satisfait de sa relation avec le "maître du gazouilli". En avril 2010, la société avait annoncé le lancement d’un service de publicité sur Twitter. 24 heures plus tard, le service de microblogging dévoilait son propre modèle publicitaire, reprenant une partie des idées d’UberMedia. En février dernier, rebelote. Cette fois-ci, la direction de Twitter laissait entendre qu’elle n’appréciait plus ces fameuses applications tierces et préférait que tout le monde passe par son site internet.

Un changement de ton qui avait été vécu comme une trahison par une partie des développeurs de cet écosystème. Pendant ses premières années d’existence, Twitter s’est en effet largement appuyé sur les applications externes pour rendre son service populaire.

UberMedia vient tout juste de lever 14 millions de dollars. Un argent frais dont la société compte probablement se servir. Si Twitter ne veut plus d’applications qui peuvent faire de l’ombre à son site internet, il faudra bien qu’UberMedia se diversifie pour continuer à se développer.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine