Accéder au contenu principal
CUBA

Raul Castro prêt à limiter la durée des principaux mandats politiques à dix ans

Texte par : Dépêche
|
3 min

Alors que le Parti communiste cubain est en congrès pour la première fois depuis 1997 afin de sauver l'île de la banqueroute, le président Raul Castro a proposé de limiter le nombre de mandats à la tête du régime. Histoire de rajeunir les élites...

Publicité

AFP - Le président cubain, Raul Castro, a fait la proposition inédite pour Cuba de limiter à dix ans la durée des mandats des dirigeants, samedi, devant le congrès du Parti communiste de Cuba (PCC) qui doit adopter plus de 300 mesures économiques pour sauver Cuba de la faillite.

it
2011/04/WB_FR_NW_GRAB_VIRGINIE_CUBA_CONGRES_PC_4H_NW291496-A-01-20110417.flv

"Nous sommes arrivés à la conclusion qu'il était recommandable de limiter à un maximum de deux périodes consécutives de cinq ans la durée des mandats politiques fondamentaux", a affirmé le président devant les 1.000 délégués du congrès du PCC, le premier depuis 1997.

Cette mesure, a-t-il expliqué, a pour but d'"assurer un rajeunissement systématique de toute la chaîne de responsabilités" au sein du pouvoir.

"Bien que nous ayons toujours essayé de promouvoir des jeunes aux principaux postes de responsabilité, la vie a montré que ces sélections n'étaient pas toujours les plus adéquates", a expliqué Raul qui fut pendant près d'un demi-siècle le ministre de la Défense de son frère Fidel, 84 ans.

Raul Castro, qui aura 80 ans le 3 juin, a fait cette proposition -inédite à Cuba depuis l'instauration du régime castriste en 1959- à l'occasion d'une analyse de la direction politique de l'île.

Plaçant le congrès sous le signe de "la correction des erreurs commises au cours des cinq décennies de la construction du socialisme", Raul Castro a appelé à "laisser de côté le formalisme, l'immobilisme et le dogmatisme".

Il s'est également prononcé pour un fort dégraissage de la "nomenklatura" du parti, qui doit d'ici mardi renouveler ses instances dirigeantes.

it
2011/04/WB_FR_NW_PKG_CUBAINS_MIAMI_10H_NW290154-A-01-20110416.flv

Premier secrétaire du PCC depuis sa fondation en 1965, Fidel Castro, qui a cédé le pouvoir à son frère Raul à l'été 2006, a annoncé en mars qu'il souhaitait abandonner les dernières fonctions officielles qu'il détient au sein du régime qu'il a fondé en 1959.

Au cours d'un discours de deux heures et vingt minutes, Raul Castro a également présenté les grandes lignes des réformes économiques qui doivent être définies et adoptées par le congrès.

Plus de 300 mesures économiques vont être soumises au congrès.

Le document d'origine, publié en novembre, comportait 291 mesures. Après trois mois de discussions par 8,9 millions de Cubains en plus de 163.000 réunions, le nouveau document propose un large éventail de 311 mesures qui doivent "actualiser" le modèle socialiste, a expliqué Raul Castro.

Les suppressions d'emplois dans le secteur public, l'ouverture de l'économie à l'initiative privée, l'autonomie des entreprises d'Etat, la réforme du secteur agro-alimentaire et l'ouverture aux capitaux étrangers constituent les principaux domaines de réformes proposés au 6e congrès du PCC.

La mesure qui a le plus retenu l'attention de la population au cours des réunions populaires de discussion, a souligné Raul Castro, est l'avenir de la "libreta", le carnet de rationnement qui permet depuis 1963 à tout Cubain de profiter d'un panier de produits de base à des prix subventionnés.

A terme, la "libreta" devrait disparaître, a confirmé le président.

"La disparition de la libreta ne constitue pas une fin en soi, mais doit être une des mesures qu'il sera indispensable d'adopter dans le cadre d'une amélioration de la productivité du travail", a indiqué Raul Castro en soulignant parallèlement la nécessité d'une hausse générale des salaires.

Concernant les suppressions d'emploi dans le secteur d'Etat -95% de l'économie cubaine-, Raul Castro a souligné que "personne ne serait abandonné à son sort" et qu'un "système d'attention sociale sera mis en place pour garantir un soutien minimum à ceux qui en ont vraiment besoin".

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.