LIBYE

Le clan Kadhafi estime être en mesure de "vaincre" l'insurrection

Texte par : Dépêche
|
3 mn

"La situation évolue chaque jour en notre faveur", a estimé l'un des fils de Mouammar Kadhafi, Seïf al-Islam, au cours d'une émission télévisée. Pour lui, les dirigeants de la rébellion sont "des trafiquants de drogue".

Publicité

AFP - Seif al-Islam, fils de Mouammar Kadhafi, a indiqué mardi soir qu'il était "très optimiste" et que le régime allait l'emporter face à l'insurrection qui secoue le pays depuis plus de deux mois.

"Je suis très optimiste et nous allons vaincre", a déclaré Seif Al-Islam au cours d'une émission télévisée sur sa chaîne Allibya.

"La situation évolue chaque jour en notre faveur", a-t-il dit devant une cinquantaine de personnes présentes sur le plateau télévisée, sans donner de précisions.

Il a ajouté que le régime ne "cherchait pas à se venger" des rebelles, notamment à Benghazi, fief de l'opposition à 1.000 km à l'est de Tripoli.

Mais, a-t-il prévenu, "l'usage des armes et de la force ne sera affronté que par la force et ceux qui dépassent les quatre lignes rouges - fixées en 2007 par lui même, ndlr: Kadhafi père, la religion musulmane, la sécurité de l'Etat et l'unité nationale- en assumera les conséquences".

"Le but n'est pas la vengeance. Nous n'allons pas se venger de personne et nous n'allons tuer personne", a-t-il martelé.

Il a estimé par ailleurs que les leaders de la rébellion à Misrata et Zenten (ouest) étaient soit, "des trafiquants de drogue, soit des hommes d'affaires qui veulent s'échapper au paiement de crédits" de dizaines de millions de dollars.

Le fils de Kadhafi a indiqué par ailleurs que des projets de plusieurs milliards de dollars étaient en suspens dans le pays en raison des conditions d'insécurité et du départ de dizaines de milliers de travailleurs étrangers.

"Tout rentrera dans l'ordre", a-t-il dit. "Les projets et les services vont reprendre et les étrangers reviendront dans le pays", a-t-il dit, sans autre explications.

Après l'insurrection sans précédent contre Mouammar Kadhafi mi-février, "la Libye ne sera pluss comme elle l'était", a poursuivi le fils du dirigeant libyen, promettant notamment une constitution, dont un projet avait été présenté récemment devant la presse à Tripoli.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine