Dans la presse

"Misrata, frontière sanglante de la Libye"

3 mn

Presse internationale, Jeudi 21 AVRIL. La presse internationale revient ce matin sur la situation à Misrata, devenue ces derniers jours le « nouveau front sanglant » entre insurgés et forces loyalistes en Libye. Une violence qui a tué 8 civils pour la seule journée de mercredi, et coûté la vie à deux photographes.

Publicité

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Et on commence cette revue de presse internationale avec la poursuite des combats à Misrata, en Libye.
Les pro-Kadhafi continuent de pilonner la ville toujours tenue par les rebelles, et la situation humanitaire devient extrêmement préoccupante.
A voir ce matin avec le Times, qui titre sur le "massacre" qui a lieu dans cette ville.
Pour la seule journée d’hier, on compte 8 morts et des dizaines de blessés.
Et parmi eux il y a eux deux journalistes.
Le Britannique Tim Hetherington, connu pour son travail en Afghanistan aux côtés des troupes de la coalition.
Et l’Américain Chris Hondros, qui hier encore témoignait aux côtés des insurgés de la violence de ces combats à Misrata.
 
Et puis la presse nous parle aussi d’une autre répression, beaucoup moins médiatisée celle-là : elle a cours à Bahrein, dans un climat particulièrement violent nous raconte The Independent.
Pas de journalistes internationaux sur place, ou presque, mais des appels au secours envoyés via internet, des mails qui évoquent un "génocide" en cours, tandis que les médecins qui soignent les blessés sont l’objet de ce qui s’apparente à une véritable chasse à l’homme par les autorités.
 
Le droit international, il en est question, également, avec la question du Darfour. Le président soudanais Omar el Béchir est poursuivi par la Cour pénale internationale pour "génocide et crimes contre l’humanité" dans ce conflit, et il accorde ce matin une interview au Guardian.
Et c’est une confession assez surprenante à lire ce matin : "Le conflit au Darfour est ma responsabilité" reconnaît le président soudanais.
 
Et pour finir cette revue de presse internationale, un petit tour du côté de l’Egypte, où certains, raconte le New York Times, regretteraient déjà Hosni Moubarak.
Il n’y a pas d’études pour mesurer cette nostalgie explique le journal, mais quelques uns comme Salma expliquent : "Moubarak est un vieil homme. Il est malade, ses fils sont en prison. Il faut le laisser tranquille".
Ou disent "On n’a connu que lui pendant 30 ans, on ne va pas l’oublier en une nuit".
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine