Accéder au contenu principal

Les Français dans l'incertitude à l’approche du tournoi

À moins d’une semaine du début de Roland-Garros (du 22 mai au 5 juin), les Français présentent des bilans mitigés. Seul Richard Gasquet, solide à Rome la semaine passée, semble en mesure de briller sur la terre battue de la porte d'Auteuil.

Publicité

À une semaine de l’ouverture de Roland-Garros, tous les regards sont tournés vers le duel à venir entre Rafael Nadal, roi désormais contesté de la terre battue, et son bourreau des deux derniers masters, Novak Djokovic.

Dans l’ombre de cet affrontement, plusieurs Bleus caressent l'espoir pourtant très mince d’atteindre le dernier carré. Mais seul Richard Gasquet (14e au classement ATP) se présente à Paris avec des certitudes. Le Biterrois, pourtant passé à côté de son sujet à l'occasion des Masters de Madrid, a démontré à Rome qu’il n’avait rien perdu de son potentiel.

Vainqueur en huitièmes de finale d’un Federer en perdition, il a atteint les demi-finales du Masters 1000 après avoir convaincu face à Berdych. Mais dans le dernier carré, il a été logiquement dominé par Rafael Nadal.

L’autre espoir 2011 des Bleus est incarné par Gaël Monfils (9e à l’ATP). Malgré une préparation tronquée par une allergie, le Français est en forme depuis le début de l’année. Et surtout, le contexte parisien - à Bercy comme à la Porte d'Auteuil - lui réussit généralement bien. S’il a suffisamment récupéré, il aura à cœur de tenir une nouvelle fois son rang : celui de meilleur ambassadeur tricolore à Roland-Garros ces dernières années.

Sur terre, Tsonga s’enlise

Forfait l’an passé, Gilles Simon (19e à l’ATP) se montre incisif sur le court depuis janvier. Mais le Niçois n’est pas encore à son meilleur niveau et devra montrer de meilleures dispositions qu’à Casablanca, en avril, où il n’avait passé qu’un petit tour.

S’il parvient à adapter son jeu à la surface, il peut espérer faire bonne figure en cas de tirage au sort favorable.

L’équation sera en quelque sorte similaire pour Jo-Wilfried Tsonga (18e au classement l’ATP). Finaliste à Rotterdam en février dernier, il n’a pas réussi à enchaîner les performances probantes depuis le début de la saison sur terre battue.

Si ses qualités physiques peuvent lui permettre de passer plusieurs tours, il devra être à son meilleur niveau pour espérer prendre le dessus en cas de confrontation avec un spécialiste.

Tirage en fin de semaine

Si le quatuor français représenté dans le Top 20 peut espérer faire parler de lui sur les courts de la Porte d’Auteuil, le reste du contingent hexagonal devra en appeler au miracle pour voir la deuxième semaine du tournoi.

Mickaël Llodra, malgré un classement honorable (24e à l’ATP), sait lui que la terre parisienne ne constitue pas son jardin. Éliminé au premier tour en 2009 et 2010, il devra se surpasser pour réitérer sa performance de 2008 - il avait atteint les huitièmes.

Adrian Mannarino (53e au classement ATP), Jérémy Chardy (55e), Julien Benneteau (83e), Nicolas Mahut (89e) et Florent Serra (109e) risquent, pour leur part, de ne pas être ménagés par le tirage au sort.

La fortune des Bleus engagés pour le prochain Roland-Garros, qui débute ce dimanche, sera connue le vendredi 20 mai, jour du tirage au sort.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.