Accéder au contenu principal

À Sanaa, les combats meurtriers entre tribus et pro-Saleh se poursuivent

Les combats entre les partisans du président yéménite et les membres de tribus influentes ont fait plusieurs dizaines de victimes à Sanaa. Ali Abdallah Saleh a donné l'ordre d'arrêter le puissant chef tribal, cheikh Sadek al-Ahmar.

PUBLICITÉ

AFP - Au moins 24 personnes ont été tuées dans de violents combats qui ont fait rage dans la nuit à Sanaa et se poursuivaient jeudi entre les forces fidèles au président contesté Ali Abdallah Saleh et des membres de puissantes tribus, selon différentes sources.

Dans le même temps, M. Saleh a ordonné l'arrestation de Sadek al-Ahmar, le plus puissant chef tribal du pays dont les partisans combattent les forces du président dans la capitale yéménite, a annoncé une source officielle.

"Le cheikh et ses frères font partie de l'opposition"

Dans la nuit, 24 personnes ont été tuées dans les combats à Sanaa, selon un dernier bilan obtenu par l'AFP de sources officielles et tribales.

Dix-huit personnes ont péri dans les affrontements entre la Garde républicaine, une unité d'élite, et des membres de la tribu des Arhab au nord de l'aéroport de Sanaa, selon une source tribale. Parmi elles figurent 12 membres de la Garde républicaine et six membres de la tribu et des civils.

Les combats avaient provoqué la fermeture temporaire de l'aéroport et les vols avaient été détournés sur Aden (sud).

Dans un autre secteur de le capitale, dans le quartier d'Al-Hasaba, six personnes -quatre civils et deux membres des forces de sécurité-, ont été tuées dans les combats entre forces pro-Saleh et membres de la tribu des Hached du cheikh Sadek al-Ahmar, a indiqué l'agence officielle SABA.

Selon un communiqué du ministère de l'Intérieur cité par SABA, "les fils d'Al-Ahmar et leur bande ont lancé des obus sur plusieurs habitants à Al-Hasaba. L'un des projectiles a atteint de plein fouet une maison où quatre personnes, dont une femme, ont été tuées et 11 blessées".

Les nouveaux décès portent à 68 le nombre de morts dans les affrontements armés qui ont éclaté lundi au lendemain du refus de M. Saleh de signer un accord sur une transition pacifique du pouvoir, élaboré par les monarchies arabes du Golfe.

Outre les morts dans les combats, 28 personnes ont été tuées dans une explosion qui s'est produite dans un dépôt de munitions à Sanaa appartenant au clan des Al-Ahmar, selon un message SMS du site du ministère de la Défense.

Le dépôt de munitions appartient à Hamid al-Ahmar, frère de cheikh Sadek al-Ahmar. Il n'a pas été possible de confirmer ces informations de source indépendante.

Dans un autre message SMS, le site du ministère de la Défense a indiqué que M. Saleh avait ordonné l'arrestation de Sadek al-Ahmar et de ses frères "dans le but de les traduire en justice pour rébellion armée".

Cheikh Sadek Al-Ahmar est l'un des dix fils de l'influent chef tribal décédé Abdallah Al-Ahmar. Son frère, Hamid al-Ahmar, est un homme d'affaires de renom et un dirigeant du parti islamiste d'opposition Al-Islah.

Cheikh Sadek s'était rallié au nom de sa tribu en mars à la contestation populaire contre le président Saleh, au pouvoir depuis 33 ans.

Les combattants tribaux avaient pris mercredi le contrôle de plusieurs bâtiments publics à la faveur des combats, dont le siège de l'agence Saba et la compagnie aérienne nationale Yemenia. Mais l'agence continuait à diffuser les communiqués officiels.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.