Accéder au contenu principal

Après le Brésil, Christine Lagarde poursuit son opération séduction en Inde

Soucieuse de convaincre les pays émergents du bien-fondé de sa candidature à la tête du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde effectue une visite en Inde. Fin mai, la ministre française des Finances s'était rendue au Brésil.

Publicité

AFP - La ministre française des Finances, Christine Lagarde, est arrivée mardi en Inde pour tenter de vaincre les réticences d'un incontournable pays émergent dans le cadre de sa campagne de candidature à la tête du Fonds monétaire international (FMI).

Elle devait rencontrer le Premier ministre Manmohan Singh, le ministre des Finances Pranab Mukherjee ainsi que le président de la Commission au plan, Montek Singh Ahluwalia, selon une source ministérielle indienne.

Après s'être rendue à Brasilia où elle s'est engagée à donner plus de poids aux pays émergents si elle était élue à la tête de l'institution financière, Mme Lagarde poursuit son opération séduction dans un autre pays membre du groupe des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).

Ce groupe ainsi que d'autres pays en développement réclament un changement au FMI mais ils n'ont pu se mettre d'accord sur une candidature commune.

Les pays émergents critiquent la règle tacite depuis la fin de la deuxième guerre mondiale selon laquelle la présidence du FMI échoit traditionnellement à un Européen et celle de la Banque mondiale à un Américain.

L'Inde semble toutefois résignée à l'idée que l'Europe garde la mainmise, même si elle s'est refusée à soutenir publiquement un candidat.

"Elle va être reçue chaleureusement mais je ne suis pas sûre qu'elle recevra ouvertement un soutien indien", a commenté Brahma Chellaney, du groupe de réflexion indépendant Centre for Policy Research à New Delhi.

Selon le quotidien Times of India, le débat pourrait se porter sur la nationalité du numéro deux du FMI, les pays asiatiques estimant que la nomination d'un des leurs reflèterait le poids croissant de la région.

Mme Lagarde, considérée comme grande favorite, a deux rivaux déclarés, le directeur de la Banque centrale du Mexique, Agustin Carstens, et celui de la Banque centrale kazakhe, Grigori Martchenko.

M. Carstens, qui s'est également rendu à Brasilia et se présente comme le candidat des pays émergents et en développement, est attendu vendredi en Inde.

Mme Lagarde postule à la succession de son compatriote Dominique Strauss-Kahn, qui a démissionné après avoir été accusé de tentative de viol d'une femme de chambre d'hôtel à New York. Il a plaidé lundi "non coupable".
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.