Accéder au contenu principal

Londres et Paris déposent une résolution à l'ONU contre la Syrie

En dépit des réserves de la Russie, Paris et Londres poussent le Conseil de sécurité de l'ONU à adopter une résolution condamnant la violence et les mesures répressives exercées par le régime syrien à l'encontre de ses opposants.

Publicité

Le premier ministre britannique David Cameron au sujet du projet de résolution à l'ONU

AFP - Les Etats-Unis soutiennent le projet franco-britannique de résolution à l'ONU pour condamner la répression en Syrie, a annoncé mercredi le porte-parole du département d'Etat.

"Nous soutenons la recherche d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU à propos de la crise en cours en Syrie, et nous essayons de convaincre d'autres membres du Conseil d'en faire autant", a déclaré Mark Toner.

Une telle résolution "accroîtra la pression sur le régime (du président syrien Bachar) al-Assad et fera progresser la tentative de la communauté internationale de mettre fin à la répression brutale du peuple syrien", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé à Londres que le Royaume-Uni et la France déposeraient mercredi une résolution devant le Conseil de sécurité.

Ce texte "est une déclaration sur la poursuite des atteintes aux droits de l'homme en Syrie", a estimé M. Toner, refusant d'en livrer aucun détail.

Selon le porte-parole, la résolution "aidera à bâtir une coalition plus large". La secrétaire d'Etat Hillary Clinton, attendue jeudi à Abou Dhabi pour une réunion internationale sur la Libye, saisira d'ailleurs cette occasion pour "discuter de la suite" en Syrie avec ses homologues, en particulier arabes.

"L'optimiste du côté français et britannique"

Mme Clinton avait souligné récemment que l'un des principaux freins à une réponse internationale forte à la crise syrienne était que les pays arabes n'avaient pas condamné le régime syrien de Bachar al-Assad, alors qu'ils avaient en revanche appelé à protéger les civils contre le régime Kadhafi en Libye.

Enfin "les Etats-Unis examinent d'autres mesures", a confié M. Toner, alors que les Européens disent préparer un renforcement de leurs sanctions.

Le Conseil doit se réunir à New York à 15H00 (19H00 GMT) pour discuter du projet de résolution européen.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.