Accéder au contenu principal

Le cas de l'Afghanistan au cœur des discussions de l'OCS

À Astana (Kazakhstan), les membres de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) - Russie, Chine et 4 ex-républiques soviétiques d'Asie centrale - planchent sur l'Afghanistan. Au menu : la lutte contre le trafic de drogue.

Publicité

AFP - L'Organisation de coopération de Shanghaï (OCS), contrepoids à l'influence américaine en Asie centrale, s'est réunie mercredi au Kazakhstan pour un sommet axé sur l'Afghanistan auquel participent notamment les présidents russe, chinois et iranien.

L'OCS regroupe la Russie, la Chine et quatre anciennes républiques soviétiques d'Asie centrale, le Kazakhstan, l'Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Kirghizstan. Ces deux derniers Etats accueillent des bases militaires de soutien aux opérations de l'Otan en Afghanistan.

"Il est possible que l'OCS se charge de nombreux problèmes en Afghanistan

REUTERS - La Russie s'est attaché mercredi le soutien de la Chine et de plusieurs autres Etats membres du groupe de Shanghai contre le projet de bouclier américain antimissiles qualifié de menace à la sécurité mondiale.

L'Organisation de coopération de Shanghai a signé un texte mettant en garde contre
l'instauration unilatérale d'un système de défense antimissiles.
 

après le retrait des forces de la coalition en 2014", a estimé le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev, en ouverture du sommet.

Le chef de l'Etat kazakh a ensuite souligné la menace que représente pour la région la drogue en provenance d'Afghanistan, appelant l'OCS à lancer une enquête internationale sur la croissance du trafic. Deux pays membres de cette organisation, l'Ouzbékistan et le Tadjikistan, frontaliers de l'Afghanistan, sont parmi les voies privilégiées par les contrebandiers.

"Au cours des dix dernières années, la production et le trafic de drogues ont été multipliés par dix. Il est clair que les sources et les causes de ce crime contre l'humanité sont loin des frontières afghanes", a-t-il déclaré.

"Je pense que les pays de l'OCS doivent demander à l'ONU et à la Cour pénale internationale de La Haye l'ouverture d'une enquête internationale destinée à déterminer les responsabilités de toutes les personnes et organisation impliquées", a-t-il ajouté.

La Russie et plusieurs pays d'Asie centrale dénoncent régulièrement le manque d'efficacité des Etats-Unis dans la lutte contre le trafic de drogues, à commencer par la culture de l'opium en Afghanistan.

De proches alliés des Etats-Unis ont d'ailleurs été invités à Astana pour le sommet de l'OCS, notamment les chefs d'Etat afghan Hamid Karzaï et pakistanais Asif Ali Zardari.

Le président russe Dmitri Medvedev a lui appelé mercredi à resserrer les liens avec l'Afghanistan. "L'Afghanistan est notre voisin, et les relations avec l'OCS pourraient être plus étroites", a-t-il dit.

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, ennemi juré de Washington, a aussi fait le déplacement dans la capitale kazakhe malgré ses difficultés sur la scène politique intérieure. Il a rencontré mardi soir son homologue chinois, Hu Jintao.

Une source diplomatique kazakhe a par ailleurs indiqué qu'une rencontre entre Dmitri Medvedev, M. Nazarbaïev et M. Ahmadinejad était prévue mercredi.

L'OCS est largement vu par les observateurs comme un contrepoids aux Etats-Unis en Asie centrale, une région riche en hydrocarbures où la Chine et la Russie ont des intérêts stratégiques.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.