Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Grèce: la peur de la contagion"

Presse française, Jeudi 16 juin. Au menu de la presse française ce matin, la menace de faillite qui plane sur la Grèce ; perspective qui inquiète ses voisins européens, qui craignent la contagion. A voir aussi ce matin, la générosité hexagonale, et les conseils de la diplomatie américaine à ceux qui se risquent en France.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de la presse française avec Libération, qui revient comme pas mal de journaux ce matin sur la situation en Grèce.
La Grèce, dont le gouvernement vient d’annoncer un plan massif de privatisations, d’où ce titre à la Une du journal : «la Grèce est à vendre». Libération évoque «la disjonction, le divorce entre le peuple et ses élus, le vide qui occupe le cœur de l’espace politique». Et où pour l’instant  «les réformes à la hache, l’austérité maximale, les privatisations tous azimuts n’ont pas permis d’arrêter une spirale qui fait courir un risque majeur à toute l’Union».
 
L’Europe qui pourrait tanguer, à son tour, dans le sillage du bateau grec : c’est à lire dans le Figaro, qui évoque des partenaires européens ayant «déjà avancé 110 milliards d’euros l’an dernier avec l’aide du FMI, et qui ne peuvent indéfiniment remettre au pot. Car à l’exception de l’Allemagne, ils n’en ont tout simplement pas les moyens. Et sans doute n’en ont-ils pas non plus très envie : les contribuables européens, eux-mêmes soumis à rude épreuve, commencent à se lasser de payer pour leur voisin imprévoyant».
 
On reste dans le Figaro, pour passer en France, où les députés viennent de faire 55 propositions pour tenter d’éviter les conflits d’intérêt entre l’industrie pharmaceutique et les organismes de contrôle.
C’est une proposition qui fait suite au scandale du Médiator, ce médicament du laboratoire Servier qui aurait causé la mort de centaines de patients.
Les députés aimeraient que les salaires des experts qui font ces contrôles soient publiés, ce qui n’est pas le cas actuellement.
Pour finir sur ce sujet, sachez que le premier procès dans l’affaire du Médiator doit s’ouvrir bientôt ; ce sera à Nanterre, le 26 septembre prochain.
 
Et puis on parle aussi ce matin du  débat sur la dépénalisation du cannabis ; c’est à voir avec une interview dans le Monde, de l’ancien ministre de l’Intérieur Daniel Vaillant, qui est pour, et une tribune de Claude Guéant, l’actuel ministre de l’Intérieur, qui lui est contre.
Daniel Vaillant qui parle d’ «échec» de la lutte contre le trafic de cannabis.
Claude Guéant, lui, n’est pas du tout de cet avis: il évoque un «débat biaisé».
«Ce n’est pas parce que la lutte contre les stupéfiants est difficile qu’il faut l’abandonner» écrit-il.
 
Et puis on a une bonne nouvelle dans la Croix ce matin : malgré la crise, la générosité des Français ne se démentirait pas.
C’est en tout cas ce qu’indique le baromètre que publie le journal, qui indique que les dons des Français aux associations et aux fondations continuent de progresser.
 
Pour finir, je vous propose de jeter un coup d’œil à ce que la diplomatie américaine conseille aux touristes qui se «risquent en France»: à voir sur le site de Libération.
Alors côté hôtellerie, on a ça: «la plupart des hôtels ont des verrous, mais ce n’est pas aussi courant qu’aux Etats-Unis [...]. S’il n’y en a pas, vous pouvez toujours placer une chaise contre la porte».
Et pour ceux qui ont des envies de conduite, il est expliqué qu’en France, «les panneaux signalétiques sont rarement très clairs» et«qu’il faudra se préparer à réagir au dernier moment comme le font la plupart des conducteurs ».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.