Accéder au contenu principal
FORMULE 1

Vettel remporte le Grand Prix d'Europe et conforte sa place de leader

Texte par : Dépêche
2 min

Parti une nouvelle fois en pole position, l'Allemand Sebastian Vettel (Red Bull) a décroché sa sixième victoire de la saison lors du Grand Prix d'Europe à Valence, en Espagne. En bonne voie pour obtenir un deuxième titre de champion du monde ?

Publicité

AFP - L'Allemand Sebastian Vettel (Red Bull) a remporté le Grand Prix d'Europe de Formule 1, son 6e succès en huit épreuves cette saison, devant l'Espagnol Fernando Alonso (Ferrari) et l'autre Red Bull pilotée par l'Australien Mark Webber, dimanche à Valence (Est).

Parti comme à son habitude de la pole position, la septième en huit courses, Vettel s'est imposé pour la sixième fois de l'année, affirmant son emprise sur une saison qui, si rien ne change d'ici quelques courses, devrait le voir sacré plus jeune double champion du monde de l'histoire (24 ans le 3 juillet prochain), un record pour l'instant détenu par Alonso.

L'Allemand n'a de fait pas eu à beaucoup forcer son talent pour gagner un GP d'Europe soporifique, aux antipodes des sept épreuves précédentes. Le schéma défini par Red Bull a bien fonctionné : bon départ de Vettel, premiers tours rapides permettant de disposer d'une petite marge sur ses adversaires, gestion du résultat, victoire.

Fernando Alonso, visiblement au même niveau que le pilote Red Bull, aurait peut-être pu le menacer s'il n'était parti de la 4e place, se retrouvant bloqué par Mark Webber (2e samedi) dès le départ. La bataille entre l'Espagnol et l'Australien a ainsi constitué le seul intérêt de la course.

Le pilote Ferrari a dépassé son ami de chez Red Bull au 21e tour, avant que celui-ci ne reprenne l'avantage à la faveur de leur deuxième arrêt aux stands. Alonso lui a rendu la pareille lors de son dernier changement de pneus, pour finir 2e, égalant son meilleur résultat de la saison au GP de Monaco.

La performance d'Alonso fait les affaires de Sebastian Vettel qui, avec 186 points au classement, devance désormais de 77 longueurs, soit un écart d'un peu plus de trois victoires (chaque succès valant 25 points), ses dauphins Mark Webber et le Britannique Jenson Button (McLaren, 6e dimanche), ex-aequo avec 109 points.

L'autre McLaren du Britannique Lewis Hamilton finit 4e, devant la seconde Ferrari, pilotée par le Brésilien Felipe Massa (5e).

L'Allemand Nico Rosberg (Mercedes) est 7e. Il précède l'Espagnol Jaime Alguersuari (Toro Rosso), 8e à la faveur d'une jolie stratégie. Les Allemands Adrian Sutil (Force India, 9e) et Nick Heidfeld (Lotus Renault, 10e) prennent les derniers points.

A noter que tous les pilotes ont terminé la course, ce qui n'était pas arrivé depuis le Grand Prix d'Italie 2005. A l'époque, vingt voitures avaient pris le départ, contre vingt-quatre cette année.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.