Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Sous le désert salé, le lithium, or blanc des Andes

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Affaire Carlos Ghosn : une tentative de putsch ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un touriste américain tué par une tribu coupée du monde"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un Britannique condamné à perpétuité à Abu Dhabi pour 'espionnage'"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en RD Congo : Martin Fayulu à Kinshasa pour battre campagne

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manus et Nauru, l'autre visage de l'Australie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ghassan Salamé : "En Libye, on peut faire taire les canons, pas les confisquer"

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise migratoire : l'Occident et la tentation du mur

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Raqqa : paroles d'habitants, un an après la reprise de la ville

En savoir plus

Afrique

Une vingtaine de morts après une attaque d'islamistes présumés

Texte par Dépêche

Dernière modification : 27/06/2011

L'attaque d'un bar dimanche soir dans la ville de Maiduguri, au nord-est du Nigeria, attribuée à des membres présumés du groupe islamiste extrémiste Boko Haram, a fait au moins 25 morts et une trentaine de blessés.

AFP - Au moins 25 personnes ont été tuées dimanche au Nigeria dans une attaque contre un bar de Maiduguri (nord), attribuée à des islamistes qui ont jeté des explosifs et tiré des coups de feu contre l'établissement, a-t-on appris auprès des forces de sécurité et de témoins.

Deux hommes à moto, membres présumés du groupe islamiste extrémiste Boko Haram, lancé des bombes et tiré à plusieurs reprises sur un bar très fréquenté de Dala Kabompi, dans la banlieue de Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno (nord-est), selon des sources policières et militaires qui ont demandé à rester anonymes.

Une trentaine de consommateurs ont également été grièvement blessés, selon un responsable policier. Les agresseurs ont profité de la confusion pour prendre la fuite, a ajouté le policier, joint au téléphone.

"Il est difficile de donner un bilan précis (des morts), mais cela ne peut pas être moins de deux dizaines", a déclaré un officier de l'armée à Maiduguri. "Tout indique que les agresseurs savaient que les gens se réunissaient les soirées de week-end pour boire dans ce quartier", a ajouté le militaire.

Un petit commerçant de rue qui se trouvait à proximité, Emmanuel Okon, a estimé que le bilan pourrait être plus lourd. "J'ai seulement entendu une forte explosion, suivie de tirs sporadiques, il y a eu de la fumée et des gens qui criaient et couraient dans toutes les directions", a-t-il témoigné.

La secte Boko Haram - "l'éducation occidentale est un pêché" en langue haoussa - qui se réclame des talibans afghans et dont les effectifs ne sont pas connus, avait mené une insurrection meurtière en 2009. Elle est jugée responsable par la police de dizaines d'assassinats et d'attaques de commissariats, d'églises ou de débits de boissons ces derniers mois.

Le 19 juin, des membres présumés de la secte avaient ouvert le feu sur des joueurs de cartes dans la rue à Maiduguri, tuant deux personnes. Là aussi, l'attaque avait été menée par deux hommes à moto.

Le 16 juin, le groupe a mené un attentat suicide à la voiture piégée contre le QG de la police fédérale à Abuja qui a fait deux morts et des blessés.

Le 30 mai, 18 personnes avaient été tuées par des bombes après l'investiture du président Goodluck Jonathan, dans la banlieue d'Abuja et dans les provinces du Nord, Borno et Bauchi.
              

 

Première publication : 27/06/2011

  • NIGERIA

    Un groupe islamiste revendique l'attentat contre le QG de la police à Abuja

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Huit cents morts depuis l'élection de Goodluck Jonathan

    En savoir plus

  • NIGERIA

    Le président Goodluck Jonathan prête serment à Abuja

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)