Accéder au contenu principal

Pour Tripoli, le mandat d'arrêt de la CPI est une "couverture pour l'Otan"

"La Libye (...) n'accepte pas les décisions de la CPI". Tripoli, qui n'a pas signé le traité de Rome, a répondu sans détour aux mandats d'arrêts émis contre Mouammar Kadhafi, son fils Seïf al-Islam et le chef des services de renseignements libyens.

Publicité

AFP - Le mandat d'arrêt lancé lundi par la Cour pénale internationale (CPI) contre Mouammar Kadhafi est "une couverture" de l'Otan pour atteindre le dirigeant libyen, a accusé le régime de Tripoli, soulignant qu'il n'acceptait pas la juridiction de la Cour.

La décision de CPI est une "couverture pour l'Otan qui a essayé et tente encore d'assassiner Kadhafi", a déclaré le nouveau ministre de la Justice, Mohamed Al-Gamoudi.

Le ministre libyen de la Justice a rappelé que son pays n'est pas signataire du traité de Rome instituant la CPI et "n'accepte pas la juridiction de la Cour", a-t-il ajouté.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.