Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Reed Brody : "C’est la jurisprudence Pinochet qui a permis le procès d'Hissène Habré"

En savoir plus

FOCUS

Quelles alternatives à la prison pour les condamnés ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Le marché florissant du cannabis

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le Premier ministre australien et Jérusalem"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Daphne Caruana Galizia, assassinée il y a un an"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Élections locales en Côte d'Ivoire : bras de fer entre le PDCI et le RHDP

En savoir plus

LE DÉBAT

Comment expliquer l'ampleur des inondations meurtrières dans l'Aude ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

SPORT

La tragique déroute du Grenoble Foot 38

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 08/07/2011

Mardi, le club de football de Grenoble a officiellement déposé le bilan. En deux saisons, le GF38 est passé de la Ligue 1 au championnat National avant de connaître la rétrogradation administrative. Un destin tragique pour un club plein de promesses.

"La commission d'appel de la Direction nationale de contrôle et de gestion (DNCG) a confirmé la rétrogradation administrative du Grenoble Foot 38. Le GF38 n'évoluera donc pas dans le championnat National lors de la saison 2011-2012." C’est par ce communiqué laconique publié le 4 juillet sur son site que le club isérois a cessé d’exister en tant que club professionnel.

Dans l’incapacité d’éponger une dette s'élevant à 2,9 millions d'euros, Index Corporation, le propriétaire du club, a déposé le bilan, mardi, au tribunal de commerce de Grenoble. Conséquence immédiate : le GF38 a été rétrogradé administrativement en CFA (4e division) par la DNCG, le gendarme financier du football français. Dans sa chute, le club entraîne 19 employés administratifs, quelques jeunes joueurs prometteurs comme Atila Turan ou Saphir Taider et les espoirs de toute une ville. "Tout n’est pas perdu", tempère toutefois Alain Pilaud, conseiller municipale de la ville de Grenoble en charge des relations avec les clubs sportifs professionnels. "Il reste l’association GF38 qui continue de gérer le centre de formation et de pré-formation, un internat et un Stade des Alpes flambant neuf. Cela reste de bons arguments pour, peut-être un jour, voir le club repris par un ou plusieurs actionnaires", confie-t-il à FRANCE 24.

Premier club de L1 racheté par des étrangers

L’histoire avait pourtant bien commencé pour le club isérois. Racheté en 2004 par Index Corporation, une société nippone spécialisée dans la distribution de contenu de téléphonie mobile, le GF38 devenait le premier club de l’histoire du football français à être repris par des étrangers. Après 45 ans d’absence dans l’élite, le club accède à la Ligue 1 quatre ans plus tard. Sa première saison est couronnée par une honorable 13e place lui assurant le maintien. Mais l’ambiance tourne au vinaigre lors de la saison 2009-2010...

Égalant le triste record de 12 défaites en 12 rencontres de Manchester United (saison 1930-1931) dès le début de saison, le club termine bon dernier de la L1. En Ligue 2 la saison dernière, le sort continue de s’acharner sur lui. Classé 20e à la trêve hivernale, Grenoble cumule une ardoise de plus de 3 millions d’euros de déficit prévisionnel. Dernier pour la deuxième saison consécutive, le GF 38 finit par être relégué en National (3e division). Au bord de la faillite, les propriétaires ne trouvent pas de repreneurs crédibles. "Même si, sur la fin, Index Corporation a été exemplaire dans la gestion du dossier, il était trop tard pour trouver un repreneur. Plusieurs industriels locaux et nationaux étaient d’accord pour mettre la main au pot, mais pas pour reprendre la gouvernance du club", explique Alain Pilaud.

La CFA2, la DH voire la DHR…

"On avait demandé un délai jusqu'à mardi, dans l'attente d'un virement en provenance d'Afrique, mais la décision de la DNCG a mis fin aux supputations et rendu l'équation impossible", explique sur 20minutes.fr Me Jean-Luc Medina, avocat des propriétaires nippons. "C'est désormais le liquidateur judiciaire qui décidera en quelle division le club jouera". En résumé, Grenoble, déjà rétrogradé en CFA, risque la relégation en CFA 2 (5e division), en Division d’honneur (6e), voire en Division d’honneur régionale Rhône-Alpes (7e)... Vestige de son âge d’or, le flambant neuf Stade des Alpes reste le dernier souvenir du défunt GF38 professionnel.

Première publication : 06/07/2011

COMMENTAIRE(S)