Accéder au contenu principal
SYRIE

L'ONU condamne les attaques contre les ambassades américaine et française

Texte par : Dépêche
4 mn

Le Conseil de sécurité des Nations unies a vivement condamné les tentatives d'intrusions de partisans de Bachar al-Assad dans les ambassades française et américaine à Damas lundi. Ce mardi, Paris avait critiqué le silence de l'ONU.

Publicité

REUTERS -  Le Conseil de sécurité des Nations unies a condamné mardi "dans les termes les plus forts" les attaques commises la veille contre les ambassades de France et des Etats-Unis en Syrie.

Dans une déclaration, le Conseil de sécurité invite en outre le régime de Bachar al Assad à assurer la protection du personnel et des représentations diplomatiques.
 

Les attaques de lundi, imputées à des partisans du président Assad, ont fait suite aux protestations de Damas après les déplacements qu'ont effectués les ambassadeurs des Etats-Unis et de France, Robert Ford et Eric Chevallier, à Hama, la ville où se focalise aujourd'hui le mouvement de contestation qui a débuté à la mi-mars.

"Les membres du Conseil de sécurité condamnent dans les termes les plus forts les attaques contre des ambassades à Damas", peut-on lire dans la déclaration rendue publique par le président en exercice du Conseil, l'ambassadeur allemand Peter Wittig.

"Dans ce contexte, les membres du Conseil de sécurité appellent les autorités syriennes à protéger les représentations et le personnel diplomatiques."

En réponse, l'ambassadeur de la Syrie à l'Onu a accusé les Etats-Unis et la France d'avoir déformé et exagéré le récit des attaques visant leurs ambassades. Les autorités syriennes, a affirmé Bachar Jaafari, ont tenté d'assurer la protection des bâtiments diplomatiques et certains manifestants impliqués dans ces événements ont été arrêtés et seront traduits en justice, a-t-il ajouté.
 

A Paris, le Premier ministre français, François Fillon, et son ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, avaient déploré dans la journée l'incapacité des Nations unies à se prononcer sur la Syrie.

"Ce qui s'est passé encore hier soir, avec des agressions extrêmement violentes contre l'ambassade de France à Damas et l'ambassade des Etats-Unis, montre que ce régime est dans une fuite en avant", a déclaré François Fillon sur Europe 1.

"Nous voulons que le Conseil de sécurité se prononce sur ce qui s'est passé", a dit Bernard Valero, porte-parole du Quai d'Orsay, lors d'un point de presse.

A Washington, la Maison blanche a réitéré la condamnation sans précédent formulée la veille par la secrétaire d'Etat, Hillary Clinton, jugeant à son tour que Bachar al Assad avait "perdu toute légitimité" et qu'il n'était pas "indispensable".

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.