Accéder au contenu principal
SYRIE

Vague d'arrestations lors d'une manifestation d'intellectuels à Damas

Texte par : Dépêche
4 mn

Les autorités syriennes ont arrêté 25 personnes lors d'un rassemblement d'intellectuels et d'artistes qui défilaient ce mercredi à Damas pour réclamer la fin du régime de Bachar al-Assad, selon des militants des droits de l'Homme.

Publicité

AFP - Les forces de l'ordre ont dispersé à coups de matraques mercredi quelque 250 intellectuels et artistes syriens qui manifestaient à Damas contre le régime, selon des militants des droits de l'Homme.

"Les forces de l'ordre ont dispersé les manifestants dans le quartier de Midane à Damas en les frappant avec des bâtons et des matraques", a déclaré à l'AFP Abdel Karim Rihaoui de la Ligue arabe des droits de l'Homme.
              

Les manifestants, parmi lesquels l'écrivain et opposant Fayez Sara et le militant des droits de l'Homme Mazen Darwiche, ont commencé à entonner l'hymne national syrien, puis ont scandé "Dieu, Syrie, liberté et c'est tout", avant d'être rapidement dispersés.

Au moins cinq manifestants ont été arrêtés; l'ingénieur Mohammad Zaker Khalil, le journaliste Iyad Chourbaji, l'artiste Guevara Nimr et les poètes les deux frères Malas, a affirmé M. Rihaoui.

Durant la manifestation des intellectuels, une contre manifestation s'est rapidement formée, et des dizaines de pro-régime ont scandé "Dieu, Syrie, Bachar et c'est tout", selon lui.

Avant le début du rassemblement, vingt personnes ont été arrêtées et embarquées dans un car de la sécurité, dont l'actrice May Skaff et la militante Rima Fleihane, a indiqué pour sa part Rami Abdel-Rahmane de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

Dans un communiqué publié sur internet, les intellectuels, artistes et journalistes syriens avaient annoncé vouloir manifester mercredi à Midane près de la Mosquée al-Hassan.

"Il est temps que nous disions notre mot et descendions dans la rue aux côtés de nos frères qui ont versé leur sang pour nous apporter la liberté", ont-ils écrit. "Nous sommes en phase avec le grand peuple syrien et soutenons ses demandes légitimes de vivre à l'ombre d'un Etat juste et moderne".

Ils ont repris à leur compte les principales revendications des opposants, en demandant "l'arrêt immédiat de la solution sécuritaire et du recours à la force dans les rues contre les manifestants pacifiques, afin de leur permettre d'exprimer leurs opinions en toute liberté ainsi que la libération immédiate de tous les détenus politiques arrêtés avant ou pendant" la révolte.

Ils ont demandé aux opposants à l'intérieur et à l'étranger d'"unifier leurs rangs et de présenter une vision commune pour un Etat civil, démocratique dont nous rêvons tous".

"Le gouvernement syrien autorise les manifestants pro-régime de défiler tous les jours sans autorisation préalable dans tous les gouvernorats", a aussi dénoncé le communiqué.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.