Accéder au contenu principal

Kadhafi nie avoir fui au Niger et continue à croire en la victoire

Dans un message audio diffusé sur une chaîne de télévision syrienne, Mouammar Kadhafi, toujours introuvable, réfute être en fuite au Niger voisin et fustige "la guerre psychologique et les mensonges" de ses adversaires.

Publicité

AFP - Mouammar Kadhafi, l'ex-leader libyen en fuite, s'est manifesté jeudi dans un nouveau message audio pour démentir avoir fui au Niger et menacer d'intensifier les attaques, même si ses derniers bastions sont assiégés par les forces du nouveau régime.

"Il ne leur reste plus que la guerre psychologique et les mensonges. Ils ont dit dernièrement qu'on a vu Kadhafi dans un convoi vers le Niger", a lancé Mouammar Kadhafi, entré en clandestinité et traqué tous azimuts alors que le Conseil national de transition (CNT) contrôle la majeure partie du pays.

A Beni Walid, les pro-Kadhafi résistent

Entretemps, les nouvelles autorités s'implantent progressivement dans la capitale et le numéro deux du CNT, Mahmoud Jibril, est arrivé mercredi à Tripoli, pour la première fois depuis la chute de la capitale le 23 août.

Vendredi, le Conseil de sécurité doit discuter d'une mission de l'ONU de trois mois en Libye pour aider le nouveau pouvoir à réformer la police et la justice et à préparer les élections dans un pays ravagé par plus de six mois de conflit armé.

En attendant, débusquer l'ex-dirigeant reste un objectif majeur pour le CNT et pour bon nombre de membres de la coalition internationale intervenue en mars pour protéger -sous mandat de l'ONU- la population civile d'une répression sanglante de la contestation du régime autoritaire de Mouammar Kadhafi.

Mais depuis son antre, le colonel Kadhafi reste pugnace ironisant sur les spéculations suscitées par sa disparition.

"Combien de convois de contrebandiers, de marchandises et de gens entrent dans le désert chaque jour vers le Soudan, le Tchad, le Mali ou l'Algérie. Comme si c'était la première fois qu'un convoi traverse vers le Niger !" a-t-il lancé un message audio diffusé par Arrai, une télévision arabe basée à Damas, devenue son unique canal de communication.

Il a assuré que "l'OTAN va être vaincu", car "ses capacités matérielles ne lui permettent pas de continuer" à intervenir. "Nous sommes prêts à Tripoli et partout à intensifier les attaques contre les rats et les mercenaires, qui sont une bande de chiens".

Le passage lundi d'un important convoi de véhicules civils et militaires venant de Libye à Agadez, une ville du nord du Niger, a alimenté les spéculations sur une fuite de colonel libyen, avant une série de démentis.

Où se cache Kadhafi ?

Niamey a affirmé qu'il n'était pas sur son territoire mais a reconnu l'entrée de trois véhicules "avec à bord 14 personnes dont quatre nigériens" et par la suite d'un autre véhicule "avec quatre personnes dont un nigérien", sans autre précision.

Le Niger s'est engagé à examiner "au cas par cas" les demandes du CNT de livrer des personnalités du régime Kadhafi réfugiées sur son territoire. Le CNT a envoyé une délégation au Niger pour lui demander de sécuriser ses frontières et d'empêcher toute tentative de Kadhafi ou de sa famille d'y entrer.

Le sort de Mouammar Kadhafi continue de préoccuper les Etats-Unis. Pour leur ambassadeur en Libye, le fait qu'il soit toujours en liberté constitue "un danger" pour le nouveau pouvoir dans ses efforts pour stabiliser la Libye et construire un gouvernement.

Mais selon le département d'Etat, aucune des personnalités proches du colonel Kadhafi qui se sont rendues au Niger ne semble figurer sur la liste des personnes soumises aux sanctions de l'ONU.

Sur le terrain, les combattants du CNT attendaient toujours l'expiration samedi de l'ultimatum fixé aux forces pro-Kadhafi pour se rendre à Sebha (centre), Syrte (360 km à l'est de Tripoli) et Bani Walid (170 km au sud-est de Tripoli).

Sur le front est de Syrte, région natale du dirigeant, ils ont progressé et atteint les portes de la Vallée rouge, principale ligne de défense des pro-Kadhafi, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Le front ouest de Syrte restait en revanche très calme.

Aucun combat n'a été signalé non plus à Bani Walid, où des négociations sont en cours depuis plusieurs jours pour une reddition pacifique de la ville.

Selon le chef des négociateurs, Abdallah Kenchil, l'un des fils de Kadhafi, Seif al-Islam, se trouve toujours dans le secteur. "Il y a été aperçu mais il va et vient".

L'Union africaine a appelé de son côté le CNT à se "désolidariser" des exactions commises contre les populations noires en Libye. "On tue des Noirs, on égorge des Noirs, on accuse les Noirs d'être des mercenaires. Vous trouvez ça normal qu'un pays qui compte un tiers de Noirs confonde Noirs et mercenaires?" a demandé le président de la commission de l'UA, Jean Ping.

L'Algérie, qui ne reconnaît pas officiellement le CNT, s'est dit elle prête à travailler avec le prochain gouvernement libyen.

Enfin, l'Agence internationale de l'énergie a dit ne prévoir "pas avant" 2013 un retour des exportations de pétrole à leur niveau d'avant le conflit dans ce pays riche en pétrole.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.