Accéder au contenu principal
COUPE DU MONDE DE RUGBY 2011

France - Japon : l'avis des experts

Texte par : Emmanuel VERSACE
2 min

Deux ex-internationaux français, Philippe Dintrans et Didier Camberabero, donnent leur avis sur le premier match des Bleus au Mondial de rugby. Ils sont unanimes : compte tenu de ses ambitions, le XV de France est encore loin du compte...

Publicité

it
2011/09/WB_FR_NW__SOT_PHILIPPE_DINTRANS_SUR_MATCH_XV_-_JAPON_14H_NW467830-A-01-20110910.flv

Pour Philippe Dintrans, ex-talonneur de l’équipe de France de rugby (51 sélections) aujourd’hui consultant pour Eurosport, les Bleus n’ont simplement pas fait le boulot malgré leur large victoire (47-21) contre le XV nippon, lors de leur premier match de Coupe du monde. "Je suis un peu déçu car j’avais certes parié que la France marquerait au moins 50 points, mais je pensais qu’ils seraient distribués d’une autre manière !", commente-t-il pour FRANCE 24. S’il se dit insatisfait de la performance des Bleus, le finaliste du Mondial 1987 veut toutefois croire que le XV tricolore est susceptible de monter en puissance au cours de la compétition. "Il n’y pas le feu à la maison non plus !", affirme-t-il.

"Une bonne mêlée mais…"

Ouvreur et buteur du XV de France de 1982 à 1991 (36 sélections), Didier Camberabero est sur la même longueur d’onde. "Même si on met 47 points, c’est un match typique du XV de France. On arrive à mettre six essais, mais sur des contres et des ballons perdus. Ça fonctionne contre le Japon, mais ça risque de ne pas être la même histoire face à l’Argentine ou à l’Angleterre, qui n’en perdent pas beaucoup, explique-t-il. Face aux Japonais, on manque de jeu et de constance et, surtout, on ne crée rien. Je reste sur un sentiment mitigé car on gagne de 47 points, mais à dix minutes de la fin du match, la France ne mène encore que 25-21.

Après la rencontre, on voit bien que même les joueurs ne sont pas contents de leurs performances. Certes, nous avons une bonne défense : le deuxième essai japonais est un coup de malchance, car il est provoqué par une erreur de François Trinh-Duc. Nous avons aussi une bonne mêlée, mais malheureusement, les cinq ou six que nous avons eues dans le match ne nous ont pas permis de créer du jeu. Or, les Anglais et les Argentins ne sont pas mauvais non plus dans cet exercice…"

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.