Accéder au contenu principal

Saadi Kadhafi, le fils "footballeur" du dirigeant libyen, réfugié au Niger

Le ministre nigérien de la Justice a annoncé, ce dimanche, l'arrivée au Niger de l'un des fils du dirigeant libyen, Saadi Kadhafi. Cet ex-footballeur serait arrivé vendredi à Agadez (Nord) escorté par un convoi de militaires nigériens.

PUBLICITÉ

AFP - Un des fils de l'ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, Saadi, est arrivé dimanche au Niger, a annoncé le ministre nigérien de la Justice et porte-parole du gouvernement, Marou Amadou.

"Ce jour 11 septembre une patrouille des Forces armées nigériennes a intercepté un convoi dans lequel se trouve un des fils de Kadhafi", a affirmé M. Amadou. "Au moment où je vous parle le convoi fait route vers Agadez (nord Niger). Il n'est pas exclu que le convoi arrive d'ici demain (lundi) à Niamey", la capitale du pays, a-t-il ajouté.

Il s'agit de Saadi Kadhafi, "le footballeur", a précisé le ministre.

Agé de 38 ans, Saadi est un sportif aux allures de play-boy qui a renoncé en 2004 à une carrière de footballeur pour l'armée, où il a dirigé une unité d'élite.

Vendredi, un convoi d'une "douzaine de véhicules" transportant des proches de Kadhafi, est arrivé vendredi à Agadez, la capitale régionale du nord du Niger, escorté par des militaires nigériens.

 Jeudi, trois généraux libyens proches de Kadhafi, dont l'ancien chef de l'armée de l'air, étaient arrivés à Agadez et sont sous surveillance militaire.

Selon le gouvernement du Niger, il s'agit du général Al-Rifi Ali Al-Sharif, chef de l'armée de l'air libyenne avant la chute du régime, du général Ali Khana, garde du corps de Kadhafi et chef des forces libyennes d'Obari, dans le sud de la Libye, à 200 km au nord du Niger, et du général Mahammed Abydalkarem, du commandement de la région militaire de Murzuk, dans l'extrême sud de la Libye.

Le Niger a assuré qu'il respecterait ses engagements auprès de la justice internationale concernant des pro-Kadhafi recherchés et présents sur son sol.

Saadi s'était dit prêt, le 31 août, à se rendre pour "arrêter l'effusion de sang" en Libye, et la rébellion, qui a pris le pouvoir entre-temps, avait affirmé alors que dans ce cas sa sécurité serait assurée. "Si ma reddition arrête l'effusion de sang, je suis prêt à me rendre dès ce soir", avait dit Saadi Kadhafi à la chaîne Al-Arabiya.

Les nouvelles autorités libyennes recherchent toujours en vain l'ancien homme fort de Libye et d'autres de ses fils, comme Seif al-Islam, qui fut présenté comme le successeur potentiel du Guide libyen déchu.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.