Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Congo-Brazaville : Un opposant menacé de mort en France.

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Arthur Mitchell : la mort d'une étoile

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : L'Europe sans solution ?

En savoir plus

POLITIQUE

Audition d'Alexandra Benalla : Une situation embarassante pour E. Macron ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alexandra Lamy : "Je suis très fière d'être une actrice populaire"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cour Suprême : tempête autour de Brett Kavanaugh

En savoir plus

Pas 2 Quartier

Bourgogne : cinéaste d'une cité désertée

En savoir plus

FOCUS

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

En savoir plus

L’invité du jour

Claude Pinault : "Tétraplégique, un médecin m’a donné une graine d’espoir"

En savoir plus

EUROPE

Après 458 jours de crise, la Belgique fait un pas crucial pour sortir de l'impasse

Vidéo par Pierre BENAZET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/09/2011

Les négociations entre les huit partis belges ont permis mercredi de franchir une "première étape décisive" en vue de la formation d'un gouvernement sous la houlette du francophone Elio Di Rupo (photo), après 458 jours de crise politique.

AFP - La Belgique a franchi dans la nuit de mercredi à jeudi une "première étape décisive" vers une sortie de la crise politique dans laquelle elle se débat depuis des mois, alors que tous les espoirs d'une issue favorable semblaient perdus quelques heures plus tôt.

Le Premier ministre pressenti, le socialiste francophone Elio Di Rupo, a semble-t-il gagné un pari risqué. Mercredi matin, il avait claqué la porte des négociations et fait état dans un communiqué amer du "blocage total" des discussion en vue de former un gouvernement de plein exercice, 458 jours après les législatives du 13 juin 2010.

La tension était encore montée d'un cran lorsque le roi Albert II est rentré à Bruxelles, interrompant précipitamment ses vacances en France pour suivre d'au plus près l'évolution de la situation politique dans son pays.

Les présidents des huit partis flamands et francophones associés aux discussions se sont donc remis autour de la table en début d'après-midi dans une ambiance très lourde.

Mais en début de soirée, des signes de détente sont apparus, Flamands et francophones faisant des pas les uns vers les autres.

Et, peu avant minuit, les huit négociateurs ont annoncé avoir franchi une "première étape décisive" vers une sortie de crise.

"Les 8 partis ont réussi à franchir ensemble les obstacles qui ont créé les difficultés de ces derniers jours. Ils ont pu dégager un consensus sur les divers aspects relatifs à +BHV+", l'arrondissement électoral bilingue de "Bruxelles-Hal-Vilvorde", le seul de Belgique, réunissant la capitale du pays et sa banlieue en Flandre, ont-ils indiqué dans un communiqué conjoint.

Cette question est au coeur du contentieux entre Flamands et francophones. Les premiers réclament depuis des années sa scission afin de mettre fin à des droits linguistiques, électoraux et judiciaires spéciaux dont bénéficient les seconds dans la périphérie flamande de Bruxelles.

Les quelque 130.000 francophones installés dans le pourtour de Bruxelles sont ainsi autorisés jusqu'ici à voter pour des partis francophones de la ville lors des élections législatives.

"Même si le travail est encore loin d’être terminé et que de nombreux débats doivent être menés, l’étape franchie ce jour sur +BHV+, la réforme du Sénat et le vote des Belges à l’étranger constitue un pas important", ont ajouté les négociateurs.

Le communiqué ne donne aucune précision sur le contenu de cet accord.

Selon des éléments du compromis dévoilés par les médias belges, les Flamands obtiendraient la scission de l'arrondissement bilingue, en échange de fonds supplémentaires pour Bruxelles, ville francophone dont les finances sont exsangues.

Seuls les francophones vivant dans six communes jouxtant directement Bruxelles pourront encore à l'avenir voter pour des candidats francophones de la capitale aux législatives.

Mais une "communauté urbaine" englobant Bruxelles et sa périphérie serait créée, ce qui n'isolerait pas totalement en Flandre les francophones qui y résident.

Selon le communiqué, les travaux reprendront jeudi après-midi sur d'autres points importants à régler: le transfert de nouvelles compétences vers les régions, réclamée par la Flandre, et une refonte du système de financement des régions et de l'Etat fédéral.

Si tous ces obstacles sont franchis, il faudra encore définir le programme socio-économique de la future coalition pour qu'un gouvernement de plein exercice voit enfin le jour.

Depuis avril le pays est dirigé par un gouvernement chargé de gérer seulement les affaires courantes. Une situation extrêmement inconfortable en pleine crise de la dette de la zone euro.
              

 

Première publication : 15/09/2011

  • BELGIQUE

    Le socialiste Elio Di Rupo présente une proposition pour l'unité du pays

    En savoir plus

  • BELGIQUE

    Huit partis s'accordent pour tenter de former un nouveau gouvernement

    En savoir plus

  • ICI L'EUROPE

    Didier Reynders, ministre des Finances belge

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)