Accéder au contenu principal
JAPON

Tension au Japon, où le typhon Roke a atteint le centre du pays

Texte par : Dépêche
|
3 min

Populations évacuées, usines fermées... Le typhon Roke, venu du sud du Pacifique, a atteint mercredi le cœur du Japon. Accidentée en mars dernier, la centrale de Fukushima n'est pas à l'abri de vents violents et de fortes pluies.

Publicité

AFP - Le violent typhon Roke a atteint mercredi le centre du Japon, déversant des trombes d'eau sur le sud-ouest de l'archipel et forçant des centaines de milliers de personnes à évacuer et des entreprises à suspendre leur activité.

Venu de l'océan Pacifique par le sud, ce typhon est arrivé au-dessus de la préfecture centrale de Shizuoka vers 14H00 locale (05H00 GMT). Il devait ensuite remonter l'île principale de Honshu vers le nord-est, accompagné de rafales de vents dépassant les 200 km/h et de pluies diluviennes.

Les fortes précipitations précédant l'arrivée du coeur du typhon ont provoqué la mort d'au moins quatre personnes dans le centre et l'ouest du pays tandis que deux autres étaient activement recherchées, dont un enfant ayant disparu mardi sur le chemin du retour de l'école.

Les autorités ont multiplié les mises en garde depuis deux jours. Cette violente intempérie menace les zones les plus peuplées du Japon, dont l'agglomération centrale de Nagoya, la province de Shizuoka et la mégapole de Tokyo où la pluie et le vent redoublaient vers 15H00, tordant les parapluies et empêchant les piétons d'avancer.

L'agence de météorologie a rappelé que des perturbations ayant dans le passé emprunté une trajectoire similaire, du sud-ouest au nord-est, avaient provoqué des dommages considérables.

Avant même que le coeur de cette tempête phénoménale ne parvienne au niveau de Shizuoka (à quelque 150 kilomètres au sud-ouest de Tokyo), des crues et inondations ont déjà été déplorées dans la préfecture d'Aichi, poumon industriel du centre du Japon où les autorités ont conseillé à plus d'un million d'habitants d'évacuer leur domicile.

La production automobile touchée

Cet ouragan a aussi forcé le constructeur d'automobiles Toyota à suspendre la production de 11 de ses 15 usines japonaises, à cause de la désorganisation des circuits logistiques et des difficultés de déplacement des ouvriers. Les sites concernés sont tous dans la zone de Nagoya où se trouve également le siège du constructeur.

Le groupe d'industrie lourde Mitsubishi Heavy Industries a de son côté arrêté la production de cinq usines d'aéronautique et de moteurs, toujours dans le centre.

Plusieurs autoroutes ont été fermées et plus de 200 vols d'ores et déjà annulés, d'après la télévision publique NHK, un nombre qui risque d'augmenter au fil de la journée.

Roke pourrait provoquer de nouveaux glissements de terrain dans la préfecture de Wakayama (centre-ouest) déjà frappée au début du mois par le typhon Talas, qui avait fait quelque 100 morts et disparus.

Il doit aussi passer dans la nuit de mercredi à jeudi au-dessus de la région du Tohoku (nord-est), ravagée par le séisme et le tsunami du 11 mars.

La centrale nucléaire accidentée de Fukushima (220 km au nord-est de Tokyo), où se poursuivent des travaux de couverture des bâtiments soufflés par des explosions, ne sera pas à l'abri des fortes pluies.

A Tokyo, les entreprises de construction ont sécurisé autant que possible les chantiers en cours pour éviter les chutes d'objets tandis que les compagnies de chemin de fer ont suspendu des lignes et diminué le nombre de rames en circulation.

"D'importantes difficultés sont redoutées dans les transports, à l'heure de pointe de la soirée, dans la capitale et ses environs", a prévenu une agence privée de prévision météo, recommandant d'avancer son retour à la maison ou d'attendre que le gros des bourrasques et averses soit passé.

Le Japon subit le passage d'au moins une dizaine de typhons plus ou moins violents chaque année entre juillet et octobre. Les gratte-ciel des grandes cités sont normalement conçus pour résister aux rafales autant qu'aux secousses sismiques.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.