Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène afro-trap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

"Zone démilitarisée" à Idleb : Erdogan et Poutine en faiseurs de paix ?

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

Afrique

Les contestataires de la place Tahrir délogés par la police anti-émeute

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/10/2011

Les derniers manifestants présents depuis vendredi place Tahrir ont été dispersés par les forces de l'ordre, samedi. Ils s'étaient rassemblés pour protester contre la mauvaise gestion du pays par l'armée, neuf mois après la chute de Moubarak.

REUTERS - La police anti-émeute a nettoyé samedi de ses derniers éléments la place Tahrir, point de ralliement de la contestation en Egypte depuis janvier.

Vendredi, des milliers de jeunes révolutionnaires s'étaient rassemblés sur cette place du centre du Caire et avaient convenu d'y tenir un sit-in pour obtenir l'abrogation de la législation sur l'état d'urgence.

Ils exigent aussi un transfert rapide à un régime civil des pouvoirs de l'armée, qui assure l'intérim depuis la chute, le 11 février, du président Hosni Moubarak.

Samedi, une centaine de manifestants étaient présents place Tahrir lors de l'intervention des forces de sécurité qui, la veille, avaient été invisibles.

Les jeunes activistes ont juré de revenir sur la place emblématique de la "révolution du Nil" pour maintenir la pression sur l'armée.

"Nous attendons ce que dira dimanche le Conseil suprême des forces armées (CSFA, au pouvoir)", a dit l'un d'entre eux.

Une soixantaine de partis et de groupes politiques, dont l'aile politique des Frères musulmans, menacent de boycotter les élections parlementaires du 28 novembre en sommant le CSFA de donner sa réponse d'ici dimanche.

Ils réclament notamment l'adoption d'une loi interdisant de fait aux anciens dignitaires du régime déchu de se présenter devant les électeurs.

Selon le quotidien gouvernemental Al Ahram, les généraux égyptiens devaient consulter ce samedi les partis politiques pour discuter de ce texte.

Première publication : 01/10/2011

  • ÉGYPTE

    Les premières législatives depuis la chute de Moubarak prévues pour le 28 novembre

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le ministre de l'Information de Moubarak condamné à sept ans de prison

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les Égyptiens battent de nouveau le pavé pour dénoncer la gestion opaque du pays

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)