Accéder au contenu principal

Tony Parker fait son retour dans le championnat français

Le meneur de l'équipe de France va rejoindre provisoirement le club de Villeurbanne (Asvel)... pour 1500 euros par mois. Le retour en ProA du joueur des Spurs de San Antonio durera le temps du lock-out en NBA.

Publicité

AFP - Le meneur de jeu de l'équipe de France de basket et de San Antonio, Tony Parker, confirme mercredi qu'il va jouer sous les couleurs de Villeurbanne (Asvel) en ProA de basket pendant la durée du lock-out en NBA, dans des entretiens à L'Equipe et sur RMC Sport.

"J'ai décidé de jouer pour l'Asvel. C'était un choix logique pour moi de jouer en France, de venir aider mon club", explique à L'Equipe le récent médaillé d'argent de l'Euro, qui est également directeur des opérations basket de l'Asvel.

"Je jouerai en France pour un salaire minimum. Je vais gagner 1.500 euros par mois. Je paie de ma propre poche mon assurance", précise sur RMC Sport Tony Parker, 29 ans, qui a prolongé en 2010 son contrat avec les Spurs de San Antonio pour quatre ans et 50 millions de dollars.

Dans L'Equipe, il annonce qu'il jouera son premier match avec l'Asvel contre Paris le 14 octobre. "Si, en janvier, je suis toujours là, que la saison NBA est annulée" et "si je joue la saison en entier, on essayera de gagner le titre", ajoute-t-il.

L'arrivée en ProA de Tony Parker, même provisoire, représente un énorme coup de projecteur sur le championnat après celles déjà confirmées de Nicolas Batum (Portland) à Nancy et de Pape Sy (Atlanta) à Gravelines, sans oublier celle de Boris Diaw à Bordeaux, club de ProB dont il est le président.

La NBA a annulé le reste de ses matches de pré-saison et se dirige désormais vers l'annulation des deux premières semaines de sa saison régulière après l'échec mardi de nouvelles négociations entre les propriétaires de franchises et les joueurs au sujet du lock-out.

Selon le patron de la NBA David Stern, les discussions ont pris fin quand les joueurs ont adressé une fin de non-recevoir à la proposition des propriétaires de partager à 50/50 les revenus générés par la NBA (estimés à 3,8 milliards de dollars pour 2010-2011). Dans le précédant accord collectif, qui a expiré le 30 juin, les joueurs en touchaient 57% et ne veulent pas descendre sous le chiffre de 53%.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.