DIPLOMATIE

Tensions entre les États-Unis et l'Unesco sur la reconnaissance d'un État palestinien

La Conférence générale de l'Unesco s'est ouverte mardi sur fond de tensions. Les États-Unis ont menacé de retirer leur contribution financière si l'Organisation acceptait l'adhésion d'un État de Palestine.

Publicité

AFP - Les Etats-Unis ont prévenu mercredi qu'ils pourraient couper les vivres à l'Unesco si cette dernière votait en faveur d'une adhésion de l'Autorité palestinienne comme Etat membre à part entière.

Les Etats-Unis ont mené une série de consultations lors desquelles ils ont clairement fait

savoir "qu'un vote en ce sens aurait des conséquences", a déclaré à la presse la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland.

La conférence générale de l'Unesco (Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture), qui s'est ouverte mardi à Paris, a mis à son agenda l'adhésion de la Palestine comme Etat membre, un enjeu des plus symboliques à l'heure où les Palestiniens tentent de devenir un Etat membre à part entière à l'ONU.

Mme Nuland a rappelé que la loi américaine prévoyait de couper les fonds à toute agence de l'ONU qui accepterait d'accueillir l'Autorité palestinienne en qualité d'Etat membre à part entière. Or les Etats-Unis fournissent 22% du budget de l'Unesco.

Il y a des "lignes rouges" à ne pas franchir, a mis en garde Mme Nuland. "Nous sommes préoccupés quant à notre capacité à continuer (... ) à faire bénéficier l'Unesco du plein soutien américain", en cas de vote en faveur de des Palestiniens, a insisté la porte-parole américaine.

Pour entrer en vigueur, l'adhésion palestinienne doit être votée à une majorité des deux tiers de ses 193 membres. Les diplomates interrogés par l'AFP sont unanimes: les Palestiniens, qui n'ont actuellement qu'un statut de "mission d'observation", sont assurés d'obtenir cette majorité.

La date du vote n'était pas encore fixée mercredi. Selon une source à l'Unesco, il aura lieu "au plus tôt" le lundi 31 octobre, jour où le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki prévoit de s'exprimer en session plénière.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Emportez l'actualité internationale partout avec vous ! Téléchargez l'application France 24