Accéder au contenu principal
SOMALIE - KENYA

Les Shebab appellent leurs forces au Kenya à attaquer

Texte par : Dépêche
2 mn

Alors que l'intervention militaire kényane contre les Shebab se poursuit en Somalie (photo), un important chef des rebelles islamistes somaliens appelle les "cellules kényanes" de son mouvement à se battre et "provoquer une énorme explosion".

Publicité

AFP - Un important chef shebab a appelé jeudi les "cellules kényanes" du mouvement islamiste somalien à passer à l'attaque, en représailles de l'intervention militaire de Nairobi en Somalie.

"Les Moudjahidin au Kenya, notamment ceux qui ont été entraînés dans nos camps militaires doivent se battre à l'intérieur du Kenya", a déclaré Mukhtar Robow Ali, un important commandant shebab, devant une foule réunie dans une ville proche de Mogadiscio.

"Il est temps d'agir, et d'agir sévèrement contre l'ennemi, il faut provoquer une énorme explosion," a-t-il ajouté. "Nous appelons tous les musulmans au Kenya à avoir leur propre armée de libération, ils auront notre soutien" a-t-il poursuivi.

Le Kenya a lancé il y a dix jours une offensive militaire dans le sud somalien contre les rebelles islamistes.

Nairobi a affirmé jeudi que l'opération avait été préparée de longue date. Mais elle a été effectivement lancée dans la foulée de quatre enlèvements d'Européennes dans l'est du Kenya, dont le gouvernement kényan tient les shebab pour responsables.

Les insurgés somaliens nient toute implication dans ces rapts et ont menacé le pays de réprésailles.

Lundi, Nairobi a été visé par deux attaques à la grenade qui ont fait un mort et une trentaine de blessés. Un Kenyan qui affirme être membre des shebab a revendiqué l'une de ces deux attaques.

Ce jeudi encore, quatre fonctionnaires kényans ont été tués par un tir de roquette RPG contre leur voiture dans le nord du Kenya, près de la frontière somalienne, selon un responsable régional qui soupçonne encore les islamistes somaliens d'être derrière cette attaque.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.